CR Conseil d’Ecole du 9 juin 2010

Compte-rendu AF du Conseil d’École du 09 juin 2010

 

Étaient présents:

Mme Hayat Mérabet, Directrice de l’école primaire

M.Christophe Schmitlin, enseignant

Mme Muriel Jaffrès, enseignante

M.Emmanuel Resbeut, enseignant

Mlle Anne-Laure Ludot, animatrice bibliothèque

Mlle Anouchka Flieller, enseignante

Mlle Toshiko Oki, professeur de japonais

M.Eric Herman, enseignant

 

Parents d’élèves :

Mme Alicia Lorvo APE

Mme Céline Viola APE

Mme Nathalie Etzenbach APE

 

Mme Corinne Aso-Massoni  AF-fcpe

Mme Dominique Peguin-Ouedraogo AF-fcpe

Mme Marion Frenkenberg AF-fcpe

Mme Catherine Brix AF-fcpe

Mme Ayako Chauvel-Mizobé AF-fcpe

 

1 / Adoption du procès-verbal du rapport du conseil d’école du 7 avril 2010

Corrections adoptées à l’unanimité.

Mme la directrice propose faire des procès-verbaux plus courts à l’avenir afin d’en faciliter la lecture.

 

2 / Rapport de mission de l’ IEN

Mme la directrice explique la mise en place des mesures prises après le passage de l’Inspecteur.

 

Dérogation de 26 heures

Le lycée bénéficie d’une dérogation qui lui permet de donner aux enfants 26H de cours par  semaine, contre 24H en métropole.

Au delà de cette dérogation, le cycle 3 (CE2, CM1, CM2) bénéficiait de 26 heures et demie de cours jusqu’ici. A partir de la rentrée 2010, l’inspecteur de l’Education Nationale a demandé que  la situation soit régularisée et que le Lfjt s’aligne sur la zone Asie où le maximum est 26H. Les cycles 3 auront donc 26 heures de cours. Les enseignants rappellent qu’ils ont assuré cette demi-heure hebdomadaire pendant quatre ans sans contrepartie financière.

Quand et où éliminer cette demi-heure en trop? Mme Mérabet propose de faire commencer les cycle 3 une demi-heure plus tard le mercredi, c’est à dire à 9h avec accueil des enfants à partir de 8h50.

Après discussion et pour tenir compte des demandes des parents, il est décidé que cette demi-heure serait prise sous forme de 6 minutes par jour, en fin de journée, i.e. sortie des classes de cycle 3 avancée de 6min du lundi au vendredi. Le conseil d’école approuve cette mesure sous réserve pour les enseignants d’obtenir au préalable l’accord de leurs collègues.

 

Aide personnalisée

Les 2H par semaine d’aide personnalisée (AI) ne seront plus faites durant les heures de langues, mais en dehors du temps scolaire, sous la forme d’une demi-heure 4 fois par semaine ou deux fois une heure (cycle 3 uniquement, choix à la discrétion de l’enseignant). Elle démarrera lors de la troisième semaine de septembre pour laisser aux enseignants le temps d’évaluer les besoins de chaque enfant. Ce sont des aides ponctuelles qui n’ont pas vocation à durer toute l’année. Deux possibilités sont présentées :

-    Allonger la pause déjeuner (qui passerait d’une heure à une heure trente) pour tous les élèves, et en consacrer une demi-heure à l’AI pour que les enfants bénéficiaires ne soient pas privés de leurs activités périscolaires. La directrice parle de la difficulté de trouver des surveillants pour cette demi-heure supplémentaire, et à les financer. Par ailleurs, les jours de pluie, cela complique encore les choses, trop d’enfants se retrouvant pendant trop longtemps dans des espaces déjà exigus; le nombre d’accidents risquerait d’augmenter.

-    Garder les enfants une demi-heure de plus après la fin des cours. Cela présente l’inconvénient de priver l’enfant de ses activités périscolaires, s’il en a, durant la période de son AI.

Sous réserve que les conditions de surveillance ad hoc soient mises en place sans cout supplémentaire pour les parents, les parents d’élèves et les enseignants se montrent plutôt favorables à la première proposition, mais Mme la directrice retient les deux options.

Une enseignante explique que l’aide ne concerne actuellement que 3 -5 élèves par classe à la fois, c’est-à dire uniquement les enfants en grosse difficulté, le protocole actuel très lourd expliquant ce faible taux. Le changement qui va être mis en place est un retour aux instructions officielles, qui demandent que l’enfant puisse bénéficier de l’AI dès que le besoin s’en fait sentir, pour mieux comprendre une notion qu’il a du mal à acquérir par exemple. Le nombre d’enfants pris en AI augmentera donc sensiblement, à condition que le protocole soit  assoupli et qu’il y ait davantage de flexibilité. Tous les parents pourraient signer un document en début d’année, autorisant l’enseignant à retenir les enfants en AI lorsque le besoin s’en fait sentir. Les familles seraient prévenues par avance par email. Les parents d’élèves font remarquer que ce système sera plus difficile à mettre en place si l’AI a lieu après la fin des cours a cause des activités périscolaires. Ils demandent si les enseignants font bien 60 heures d’AI chacun par an, on leur assure qu’ils en font bien plus.

Une dernière idée est avancée par des parents d’élèves : de commencer les cours à 9h pour tout le monde et que les enfants soient pris en AI de 8h30 à 9h.

Un deuxième axe d’aide individualisée va être mis en place à la rentrée. Les enseignants devant effectuer 26 heures de cours devant les élèves, il a été décidé que pendant les cours de langues les enseignants « libérés » iront dans les classes de leurs collègues prendre en charge un petit groupe d’élèves, ayant une difficulté bien ciblée. Les enseignants travailleront alors en binômes avec l’enseignant de la classe où ils interviendront.

Evaluations

Évaluations sur 5 périodes dans l’année et non plus par trimestre. Mme Mérabet explique qu’il va falloir harmoniser les systèmes d’évaluation et que cela prendra un peu de temps; en conséquence l’application du nouveau système d’évaluation ne se fera que progressivement dans le courant du premier trimestre. Une information sera diffusée aux parents à la rentrée.

 

Devoirs à la maison

Il n’y aura plus de devoirs écrits à la maison. Ce sera remplacé par un travail de mémorisation et de lecture sur un temps calculé et défini qui ne dépassera pas 1/4h pour le cycle 2, 20mn pour le cycle 3. Aucun devoir ne sera donné à la maison si l’enfant n’est pas autonome pour le faire. De ce fait, les parents d’élèves demandent s’il ne faudrait pas réfléchir au fonctionnement de cap+ et des études surveillées. Mme Mérabet répond qu’elle est en train de mener une réflexion concertée là-dessus.

Les parents d’élèves demandent à l’école de communiquer aux parents tous les détails concernant les nouvelles directives et leur mise en place dès que cela sera possible.

 

3 / Règlement intérieur 

Le règlement intérieur sera modifié comme suit, comme il en a été discuté lors du 2ème conseil d’école.

 

Respect des horaires en maternelle

Mme Mérabet explique qu’il y a de nombreux cas de parents de maternelles qui déposent leurs enfants en avance ou viennent les récupérer en retard (parfois jusqu’à trois quarts d’heure de retard). Dans ce cas, l’enfant qui ne peut rester seul en classe, attend ses parents dans le bureau de Mme Mérabet. Cela ne sera plus toléré du tout à la rentrée, au bout de dix minutes les enfants seront envoyés à la garderie et les parents seront facturés. Les horaires de maternelle dans le règlement intérieur seront modifiés : «entre 15h et 15h10 » et non pas 15h15.

Horaire à modifier en cycle 3

Voir ci-dessus.

Certificat médical en cas d’absence prolongée

Les certificats ne seront plus demandés au bout de deux jours d’absence, mais au bout d’une semaine (7 jours). Un mot d’excuse (ou un courriel) est nécessaire pour toute absence. Mme Jaffrès propose de mettre en place un système similaire à celui des maternelles japonaises avec un protocole en fonction des maladies infectieuses, et un certificat de non-contagion à faire signer par le médecin (le format serait fourni par le lfjt), qui autoriserait le retour de l’enfant en classe.

Administration des médicaments

Les médicaments ne seront administrés à l’école qu’en cas de maladies chroniques, à la suite de la mise en place d’un PAI, projet d’accueil individualisé. Mme Mérabet explique qu’il y a eu beaucoup d’abus de la part de parents qui renvoient leurs enfants à l’école alors qu’ils sont sous antibiotiques. Aucun médicament ne sera délivré pour des maladies ponctuelles ou infectieuses. Mais tolérance faite pour des soins après intervention chirurgicale par exemple.

Interdiction du port de chaussures en plastique

Crocs et autres tongs en plastiques sont interdites parce qu’estimées dangereuses et incompatibles avec la pratique d’un sport.

 

Les parents d’élèves demandent qu’une mention soit rajoutée dans le chapitre sécurité, indiquant de façon explicite que les enfants doivent respecter l’intégrité physique de leurs camarades.

 

4 / Rentrée échelonnée en maternelle

Un courrier sera envoyé prochainement aux parents pour leur expliquer l’échelonnement de la rentrée 2010. L’objectif est d’assurer un meilleur accueil des tout petits. Ils rentreront sur 3 jours et seront 8 ou 9 maximum chaque jour. 

 

5 / Sécurité aux abords de l’école

Une réunion aura lieu prochainement pour réfléchir sur ce point. Malgré la demande des parents d’élèves, Mme Mérabet explique que les ATSEM ne pourront pas assister les parents pour assurer la sécurité a la sortie de l’école. La sécurité en dehors de l’école est une question de responsabilité individuelle.

Mme Mérabet évoque le cas récent d’un chauffeur de voiture diplomatique qui s’en est pris verbalement au policier venu lui demander de déplacer sa voiture mal garée, puis aux membres du personnel du LFJT venus traduire la requête du policier. Les parents d’élèves demandent que l’Ambassade de France se charge de communiquer auprès des autres ambassades francophones l’importance de respecter les règles de sécurité aux abords de l’école.

 

6 / Point sur l’organisation de la fête de l’école

Mme Mérabet apprécie le fait que les préparatifs soient très bien encadrés et que l’organisation mise en place pour assurer la réussite de cette journée soit très efficace.

Des parents d’élèves précisent qu’il faudra commencer les préparatifs beaucoup plus tôt l’année prochaine.

En cas de pluie, la fête sera reportée au dimanche, puis annulée s’il pleut également le dimanche.

 

7 / Questions diverses

Effectifs pour 2010-2011 : Mme Mérabet annonce que pour le moment les effectifs confirmés sont à 521 et incertains pour 92 enfants (contre 78 l’an passé a la même date). On table donc sur environ 550-560. Au Conseil d’Administration, la direction du LFJT s’est engagée à ne pas modifier le nombre de classes. En revanche, il est possible que l’on atteigne 28 élèves par classe en maternelle (c’est déjà le cas d’une classe bilingue en maternelle). S’il y a plus d’inscriptions en maternelle, on ouvrirait une classe de plus en cycle 1 aux dépens des cycles supérieurs ; on pourrait donc avoir 2 à 3 classes de double niveau en élémentaire.

Le budget pédagogique a augmenté de 2%. Il sera plus élevé en classe bilingue et en maternelle. Plus de budget pour des livres et matériaux pédagogiques. Le LFJT double l’enveloppe des projets pédagogiques, qui passe donc à 2 millions de ¥.

Voyages scolaires : Les parents d’élèves demandent des précisions sur les conditions de rapatriement des élèves malades ou accidentés lors de voyages scolaires. Mme Mérabet explique que c’est à la charge des familles et de leurs assurances privées. Les frais médicaux sont en revanche couverts par l’assurance de l’école. Les parents d’élèves demandent l’assurance que le budget des voyages scolaires ne dépassera pas 50 000¥ par enfant. C’est acquis.

Frais de scolarité des classes bilingues : Les parents d’élèves demandent pourquoi les frais de scolarité des classes bilingues en maternelle sont identiques a ceux des classes de la filière classique alors qu’ils sont plus importants au primaire. Mme Merabet indique que cette question est du ressort du conseil d’établissement. Elle organisera une réunion avant la fin de l’année scolaire afin que l’intendant puisse répondre aux interrogations des associations de parents d’élèves.

Classe bilingue franco-japonaise : Au vu des effectifs prévus, la classe bilingue franco-japonaise ne se fera pas. Mme Jaffrès rappelle le soutien des enseignants à la création de cette classe qui aurait du exister avant même la classe bilingue anglais-français. Les parents d’élèves demandent que soit envisagée la mise en place d’une section japonaise si la classe bilingue franco-japonaise ne se fait pas. Mme Mérabet affirme que ce n’est pas dans les objectifs de l’AEFE, mais accepte d’y réfléchir et d’en parler aux inspecteurs de l’AEFE.

Classe de japonais langue vivante : Les parents d’élèves demandent une classe de japonais langue vivante hors du temps scolaire. Mme Mérabet explique que l’école ne peut pas organiser cela mais que cela peut tout à fait être envisagé en périscolaire.

Réunion de coordination primaire – secondaire pour le Japonais: Mme Mérabet annonce qu’une réunion aura lieu le 15 juin pour l’harmonisation de l’enseignement du japonais. Elle réunira la conseillère pédagogique Mme Pin et le coordinateure du japonais M.Giraud, et les enseignants JLE et JLM.

Conseiller pédagogique : L’APE fait part de sa demande officielle que Mme Cécile Pin, conseillère pédagogique, bénéficie d’une décharge d’enseignement à plein temps et souligne attendre une réponse à son courrier. Mme Mérabet répond que l’AEFE n’y est pas favorable et que le poste de conseiller pédagogique à mi-temps risque de ne pas reconduit lorsqu’il arrivera à son échéance.

Développement du français oral : Les parents d’élèves demandent aux enseignants de réfléchir à des idées pour développer le français oral et parlé chez les enfants, notamment ceux pour qui le français n’est pas parlé à la maison et proposent l’idée d’une vidéothèque parentale à l’intérieur des classes : chaque famille apportant un dvd en début d’année. Une autre idée serait que les enseignants fassent part aux familles des options existant pour voir des émissions en français, comme par exemple le site gratuit de TV5 sur ordinateur.

 



publié le 20 juin 2010