Casque à vélo

Le saviez-vous? Depuis juin 2008 le casque à vélo est obligatoire au Japon jusqu'à 13 ans ! A lire absolument: ce qu'en dit la loi japonaise (document en anglais).

Beaucoup d’enfants scolarisés au LFJT se rendent à l’école à vélo, sans casque, roulant souvent au milieu de la route sans accompagnateur adulte, et cela dès le CP. Nous souhaitons sensibiliser les parents d’élèves sur ce sujet, et les encourager à obliger leurs enfants à mettre un casque… 

Sécurité à vélo

Dans les pays occidentaux, les chutes à vélo sont les premières responsables de traumatismes crâniens chez l’enfant. Au Japan, l’an dernier, 29 514 personnes ont été blessées lors d’un accident cycliste, 989 tués. Selon une étude de l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé, lors de ces accidents, la tête est touchée plus d’une fois sur trois, et trois décès sur quatre sont dus à un traumatisme crânien. Le port du casque réduit de 80% la gravité de ces traumatismes, et de 88% celle des lésions cérébrales ! Une enquête réalisée dans le Rhône en 2001, portant sur l’ensemble des accidentés du département, montre que dans chacune des chutes mortelles, le cycliste ne portait pas de casque. Les enfants sont particulièrement vulnérables car ils n’ont pas le réflexe de se protéger la figure avec les bras.

Dans les pays où le port du casque à vélo est obligatoire, comme l’Australie, la Nouvelle Zélande, l’Islande, l’Espagne ou le Canada, des études ont démontré une formidable diminution du nombre de blessures à la tête et de décès. En Nouvelle Zélande et en Espagne, le nombre de cyclistes blessés ou tués a baissé de 48% dès la première année d’application de la loi, de 70% la deuxième.

Au Japon, selon le Groupe International sur les Données de Sécurité Routière de l’OCDE, plus de gens meurent à vélo qu’en Allemagne, France, Italie et Pays-Bas réunis ! Le Japon plus de fatalités cyclistes qu’aux Etats-Unis, où ils ne représentent qu’ 1.8% des morts sur la route, contre 15% au Japon…

 

Aller à l’école à vélo, c’est génial ! Sans casque, c’est jouer à la roulette russe!

 

Quel casque ?

Il faut choisir un casque rigide, léger et ventilé, qui absorbe les chocs. Il doit être adapté à la morphologie de la tête – et doit couvrir le front, le haut et l’arrière de la tête, ainsi que les tempes. Il doit être simple à ouvrir et à fermer, avec des sangles réglables. Attention, une sangle mal réglée ne sert à rien en cas de chute ! En cas de choc, le casque doit impérativement être remplacé.


 

 


 


publié le 19 novembre 2010