CR comité Eco-Ecole 09/12/2010
Comité de suivi Eco-école du jeudi 9 décembre 2010


Présents : 
Direction Fujimi: Hayat Merabet
Enseignantes Fujimi : Muriel Jaffrès (représentante éco école), Corinne Marcel-Huet
Gestionnaire : Philippe Dumas
Responsable informatique : Farid El Khalki
Représentants APE :  Nicolas Santini, Alexandrine Baero
Représentants A.F. FCPE : Bruno Peyron, Sophie Hadjur, Mika Fujita
Représentants élèves : Anna Seignovert 6e, Delphine Chambiron 6e, Naira Gutierrez 6e, Medhi Iguider 5e,, Marie Rengade 3e, Arnaud Francioni 3e, Emiko Desvaux Tale, Pierre Pataut Tale.
Cécile Rechatin

1. Rappel

1.1 Petit historique
Le programme Eco-école concerne en tout 470 écoles.
Le site de Fujimi y est inscrit depuis 3 ans, celui de Ryuhoku depuis 2 ans.
A l’avenir, les 2 écoles seront réunies sur le site de Takinogawa, une seule inscription sera suffisante.

- En 2008-2009 : Fujimi a travaillé sur le thème de l’alimentation.
- En 2009-2010 : Les 2 sites ont travaillé sur le thème des déchets.
- En juin 2010 : le site de Fujimi a obtenu la labellisation « Eco-école ».
Nous sommes 4 établissements dans la zone Asie a être labellisé : Hong-Kong, Singapour, Pekin et Tokyo (Fujimi). Les établissements référencés sur la zone Asie n'apparaissent pas sur la carte du site éco-école.
Le peu d’ancienneté dans le programme et le manque d’investissement des élèves n’avait pas permis à Ryuhoku de l’obtenir.

- En 2010-2011 : le thème retenu est l’eau.

1.2 Rôle des élèves
En primaire, un comité a été formé en cycle 3 (CE2/CM1/CM2).
6 classes sont représentées avec à chaque fois 2 élèves  (une fille et un garçon pour respecter la parité).

Leur principal rôle est  d'établir les diagnostics, d’informer, de conseiller les autres élèves et éventuellement de veiller à ce que leurs comportements soient conformes au programme Eco-école.

Dans le secondaire des délégués se sont portés volontaires, huit d’entre eux sont aujourd’hui présents.
Les élèves de 2nde de M. Helminger créeront probablement un « Club écologie » et travailleront sur ces thèmes.

Un logo en rapport avec le thème de travail doit être créé pour chaque site.
En primaire un concours sera probablement lancé.
Dans le secondaire, M. Leroux pourra travailler sur ce projet dans le cadre des enseignements d’exploration en 2nde.
Au total 3 logos pourront être créés : un sur l’alimentation, un sur les déchets et un sur l’eau.

2. Bilan des actions menées depuis 2008  sur les thèmes de l’alimentation et des déchets

2.1 L’alimentation
- Acheter le plus localement possible
Un travail important a été réalisé sur la provenance des aliments (création d’un tableau régulièrement actualisé). L’objectif étant de réduire les distances d’approvisionnement au maximum.
Exemple :    le far n’est plus aux pruneaux (importés des EU) ; il est nature pour les élèves.
        les oranges des EU ont été remplacées par des clémentines japonaises.

- Amener les élèves à manger davantage de légumes et de fruits.
Les élèves ont le droit de se servir librement mais ils doivent choisir au moins un fruit ou un légume. Les adultes passent du temps en cuisine pour les préparer afin d’inciter au maximum les élèves à en manger.

Tout le monde a bien conscience que le temps du déjeuner est souvent trop court (6 services de cantine à Fujimi) et que les locaux sont exigus. Ces points seront améliorés à Takinogawa.

Le bio est progressivement introduit : carottes en septembre et projet de viande à l’étude.

Trois plats végétariens ont également été proposés (couscous).
Ils sont  proposés  une fois tous les 2 mois.

Une charte pourrait être mise en place sur les comportements alimentaires à favoriser. Elle serait intitulée par exemple « 10 conseils pour mieux manger ». Il est nécessaire qu’elle soit aussi validée par les associations de parents d’élèves pour que tout le monde travaille dans le même sens.

- Diminuer la quantité de déchets à la cantine.
Des affiches ont été crées par les élèves : « On boit tout, on mange tout » pour les habituer à se servir en fonction de leur appétit et éviter ainsi de jeter.
Environ 3 millions de yens sont payés chaque année pour se débarrasser des déchets de la cantine !
A Takinogawa, un compost à végétaux est prévu.

2.2 Les déchets
- Récupération des bouchons
Ils sont collectés par l’association japonaise « éco cap ».
500 bouchons permettent d’acheter un vaccin antipoliomyélitique.
Un totem pour les collecter sera vraisemblablement créé par les élèves de M. Manche.

- Récupération des piles
Jusqu’à présent elles étaient amenées à la mairie annexe mais cette façon de faire n’étant pas très pratique, l’école va se renseigner pour qu’une société vienne directement les chercher à l’école. En attendant une pause dans la récupération va être nécessaire.

- Cartouches d’imprimantes et toners
Les cartouches d’imprimantes ne sont pas récupérées car lors du travail d’optimisation du parc informatique, le lycée leur a préferré les photocopieurs moins énergivores. Leurs toners sont ainsi récupérés dans le cadre du contrat de maintenance.

- Le papier
Sa consommation a chuté depuis 3 ans.
Consommation globale (élèves + administration) ramenée par élève :
Fujimi : 964 feuilles en 2008 ; 378 en 2010.
Ryuhoku : 1106 feuilles en 2008 ; 644 en 2010.

Grâce aux nouvelles photocopieuse, le papier normal va pouvoir être remplacé par du recyclé tout en conservant une qualité et des coûts égaux.

Conformément aux directives de l’Education nationale, les professeurs incitent aussi leurs élèves à écrire davantage et distribuent moins de photocopies.
En maternelle,  dans certaines classes de GS, le cahier de vie est désormais sur le blog de la classe ce qui permet d’éviter de nombreuses photocopies.
Les enseignants sont également sensibilisés pour photocopier en recto-verso et n’utiliser la couleur que lorsqu’elle est indispensable.
Une affiche pourrait permettre de sensibiliser aussi les élèves du secondaire lorsqu’ils utilisent le photocopieuse du CDI.

Nombre de documents administratifs sont désormais transmis par courrier électronique (cf les élections des représentants des parents d’élève). Cependant le papier reste quelque fois plus efficace que le mail, notamment lors des relances pour retard de paiement.
Il faut noter aussi que les envois électroniques consomment de l’électricité et que leur nombre doit donc être d’optimisé. Un mail global de rentrée comportant les informations importantes pourrait être envoyé.

Malgré tout, le nombre total de photocopies (élèves et personnels) ramené par élève reste encore trop élevé  : 18,6 photocopies par jour sur 30 jours à Fujimi. Il reste encore beaucoup de travail à réaliser.

- Nettoyage de la bibliothèque pédagogique
Les ouvrages non utilisés ont été recensés et ont été ou seront donnés à :
une université japonaise qui étudie le français / une école de Madagascar (fichiers de maths) / aux parents lors de la fête de Noël.

- Pour les manuels numériques, la réflexion est en cours mais il est encore un peu tôt, les éditeurs ne sont pas nombreux à proposer des versions numériques et il faut attendre que davantage de tablettes pour les lire, sortent sur le marché.

3. 2010-2011 : l’eau

3.1 Diagnostique effectué lors de l’inscription
- A Fujimi, entre 2008 et 2009, une petite économie de 46 674 yens a été réalisée, alors qu’aucune action à proprement parler n’avait été engagée juste une sensibilisation. Au niveau des cuisines la baisse a été plus importante : 130 579 yens.
On peut noter que l’ouverture du centre de loisir pendant les petites vacances peut faire un peu monter la consommation.

- A Ryuhoku la consommation globale (cantine comprise) est de 52 l par jour et par élève.
Le diagnostic a permis de mettre à jour un problème : les urinoirs automatiques se déclenchaient même la nuit.

- A Takinogawa, les robinets seront équipés de capteurs et d’aérateurs-mousseurs (moins d’eau, plus de pression).

Suite aux tests AEFE (compteurs d’eau relevés pendant 7 jours), le comité éco-école des élèves de Fujimi a calculé une consommation (élève + personnel) de 35 l d’eau par jour et par élève sur 6 jours.
- L’objectif à réaliser est de 30 l.
Par ailleurs on peut noter qu’en cas de tremblement de terre, deux tanks de réserve d’eau par site serviraient à alimenter les robinets. Ils sont nettoyés régulièrement et leur Ph est testé.

3.2 Mobilisation et information

- En classe
Chaque classe élémentaire a désigné son « responsable robinet » et une affiche « Ne laissez pas pleurer les robinets » a été créée par un élève.
Les remontées des élèves sont importantes pour détecter d’éventuelles fuites car les adultes ne se rendent pas toujours dans les mêmes lieux (toilettes par exemple).

- En cuisine
La plonge et le rinçage des assiettes (avant mise au lave-vaisselle) sont de gros consommateurs d’eau. Ils datent d’une dizaine d’année et ce prélavage est malheureusement nécessaire. L’achat de nouvelles machines est prévu pour le nouveau lycée.

- Procédure Eco-école
- Calcul du prix : il comprend l’abonnement et la consommation en m3
- Approvisionnement : le service de Tokyo Suido Kyoku
- Trajet : il est mal connu, il faudra qu’une enquête soit menée par des classes volontaires.
- Effluents et polluants rejetés : leur composition est connue et régulièrement analysée. Actuellement l’huile par exemple est séparée et ramassée pour un volume d’environ 50 litres par an.
- Fuites : au 25/10/10 aucune fuite n’a été constatée sur le site de Ryuhoku. Le site de Fujimi n’a pas encore été testé car il est plus difficile de trouver une date pendant laquelle l’école n’est pas utilisée.
- Eau de pluie : elle n’est pour l’instant pas récupérée mais elle le sera sur le site deTakinogawa dans un tank de 1 000 tonnes afin d’arroser les plantes. Pour des raisons sanitaires, les autres utilisations sont interdites.

- A l’avenir
Tous les nouveaux appareils achetés respecterons les normes environnementales en vigueur.
Les produits d’entretien utilisés deviendront biologiques ( en étude).

- Les familles
L’AEFE propose également de lancer cette campagne de sensibilisation aux économies d’eau au niveau des familles. Sur le site de l’école figurera les fiches et tableaux à remplir pour mesurer sa consommation d’eau. Il s’agira de relever le compteur tous les jours pendant une semaine dans les familles qui se seront portées volontaires. Un test de fuite peut être facilement mis en place, il suffit de relever son compteur le soir et le matin sans utiliser d’eau pendant la nuit.

3.3 Calendrier

- En janvier l’opération sera lancée auprès des enseignants.
- En février, les tests de fuite seront effectués.
- En mars les contrôles seront faits.

Un nettoyage de plage est prévu au parc Rinkai koen,

Les parents d’élèves sont invités à consulter régulièrement le site du LFJT et cliquer sur le logo Eco-école pour se tenir informés des dernières opérations.

Des interventions de parents travaillant dans le secteur écologique sont bien entendu les bienvenues.


publié le 14 décembre 2010