CR Réunion LFJT 30/03/2011


Compte rendu de la réunion d'information des représentants de la communauté scolaire du 30 mars 2011


COMPTE-RENDU OFFICIEL DE LA REUNION

 

Le Conseiller culturel a tenu à préciser à nouveau que la réouverture du Lycée vis ait en priorité à répondre à l'impératif de scolarisation des nombreux enfants restés à Tokyo et de ceux dont les familles font le choix de rentrer. Notre souci a en effet été de répondre à l'ensemble des situations en (1) favorisant l'accueil des élèves rentrés en France dans les établissements métropolitains, (2) mobilisant la solidarité des établissements de la zone Asie pour ceux qui restent dans la région tout en ne souhaitant pas revenir dans l'immédiat à Tokyo, (3) assurer la continuité du service public pour ceux qui demeurent à Tokyo. La réouverture du Lycée n'est donc en aucun cas une incitation au retour. Elle ne remet pas en cause les conseils généraux de prudence à l'attention des Français. La réunion de ce jour a pour objet de s'assurer que la rentrée du 4 avril pourra se dérouler dans des conditions permettant d'assurer la pleine sécurité des enfants et des personnels, compte tenu des incertitudes liées à la situation nucléaire.

Vous trouverez ci-dessous toutes les questions qui ont été soulevées par les représentants des parents d'élèves et des personnels ou par les élus au cours de cette réunion, en complément des informations publiées sur le site du Lycée (rapports de la Sécurité Civile sur les deux sites en particulier).

1. La Sécurité des bâtiments et des personnels :

Plusieurs questions portent sur la résistance des bâtiments aux séismes, les dégâts éventuels subis et sur les mesures de radioactivité.

L'ensemble des locaux ont fait l'objet d'inspections de l'ensemble des locaux sur les deux sites de Fujimi et de Ryuhoku de la part du détachement d'intervention de la Sécurité civile encore présent à Tokyo et de l'expert de l'Institut de Radiologie et de Sûreté Nucléaire (IRSN), venu de Paris et installé à l'Ambassade depuis le début des événements.

Suite à ces inspections deux rapports signés du colonel Vallette, chef du détachement ont été établis. Ils concluent que les deux sites ne présentent aucun risque caractérisé tant sur le plan bâtimentaire que radiologique. Ces deux documents sont consultables sur le site du lycée et de l'Ambassade.

Le rapport préconise toutefois, en raison d'une radioactivité légèrement supérieure, d'interdire temporairement l'utilisation de l'aire de jeux extérieure des maternelles (Fujimi) ainsi que de la zone de gomme compactée du terrain de sport extérieur (Ryuhoku). L'accès à ces zones sera donc interdit; les tapis susceptibles de retenir davantage la radioactivité ont été retirés à Fujimi et le revêtement de gomme compactée sera retiré dés l'accord de la municipalité de Kita-ku.

Des mesures de radioactivité pourront être effectuées ultérieurement si nécessaire, en s'appuyant sur l'expertise française disponible.

2. Les mesures de confinement éventuel

Par mesure de précaution, il a été défini des zones de confinement qui pourraient être utilisées en cas de nécessité. Ces zones pouvant accueillir 400 personnes à Fujimi et 350 à Ryuhoku sont en cours d’aménagement, ainsi que les sas d'accès, et seront équipées en matériel, couvertures, réserves d'eau et de vivres (comme indiqué dans les rapports) pour une durée de 72 heures.

Protocoles :

Des protocoles précis seront mis en place et distribués aux personnels pour l'entrée en confinement, le confinement, la sortie de confinement, la prise éventuelle de comprimés d'iode ainsi que les mesures de précautions à prendre en cas de pluie (récréations extérieures supprimées, chaussures, imperméables…). Des messages avertiront les familles et les personnels la veille au soir en cas de précautions particulières à prendre pour le lendemain en fonction de la météo.

3. La cantine et la sécurité alimentaire

Le Lycée a décidé d'offrir dés la rentrée du 4 avril des repas à ses demi-pensionnaires, dans un souci de continuité du service et de fournir aux enfants une nourriture saine et équilibrée.
Des mesures ont été prises pour s'assurer de la parfaite traçabilité des aliments transformés. Tous les produits proviendront des régions sud; il sera fait appel également à des produits importés comme la viande ou le poisson de Nouvelle-Zélande ou d'Australie, pratique qui avait été abandonnée dans le cadre d'Eco-Ecole. Enfin des produits pour lesquels il est difficile à ce stade de garantir la traçabilité seront bannis des menus comme le lait et les œufs. Les menus de la semaine de la rentrée sont déjà prêts, la commission cantine se réunira normalement à partir de mai.

Cas particulier de l'eau : La consommation de l'eau courante ne présente à ce stade aucun danger pour la santé humaine. Toutefois par mesure de précaution, on recourra à l'eau minérale pour la consommation courante ; le lycée est en train de constituer des stocks pour les zones de confinement (en faisant appel notamment aux sociétés françaises). Toutefois afin de ne pas les entamer dans une période ou l'approvisionnement en grande quantité est difficile, il sera demandé aux familles de munir leur enfant d'une bouteille d'eau minérale pour la journée.

Par ailleurs le lycée est en train de s'équiper d'un filtre à eau qui retient selon le fabricant 99 % de l'iode et du Césium 131 (c'est un processus lent qui demande 12 heures). En cas de difficulté, le lycée dispose de deux réserves d'eau (14 m3 et 6 m3) qui pourront être déconnectées du réseau et utilisées pour les besoins de la cuisine par exemple. Une vérification de la fiabilité de ce matériel est en cours auprès des experts.

L'eau courante à fait l'objet de deux contrôles par une société japonaise spécialisée (recommandée par Veolia) qui ont conclu à l'absence de tout risque. Il est à noter que les normes japonaises sont encore plus strictes que les normes françaises. De nouveaux contrôles seront effectués en cas de doute.

4. Les effectifs prévisionnels :

A l'heure de la réunion 300 familles avaient répondu au questionnaire sur 616: 223 familles annoncent leur retour pour le 4 avril et 77 n'ont pas l'intention de revenir à Tokyo, ou bien plus tard. Le nombre important de familles n'ayant pas répondu montre que beaucoup sont encore dans l'indécision. Une relance va être faite, notamment pour les familles qui ont deux contacts afin de palier d'éventuelles difficultés de connexion à internet pour certains.

Concernant les personnels, la grande majorité, 112 personnes sur 130, ont répondu présents pour le 4 avril, six souhaitent rentrer entre le 5 et le 13 et seules quatre personnes ont exercé leur droit de retrait dont Mme Mérabet, directrice du primaire et M. Lazard-Peillon, proviseur-adjoint et deux enseignantes. Il est probable que d’autres retraits se déclarent, notamment parmi ceux qui n'ont pas encore répondu. Plusieurs questions ont porté sur la question du droit de retrait en cas de danger grave et imminent.

5. L'équipe de direction et la structure pédagogique :

Le proviseur précise qu'il indiquera dés que possible, vraisemblablement le vendredi 1er avril, la structure pédagogique envisagée pour le 4 avril en fonction des effectifs d'élèves et d'enseignants. Il annonce qu'il a demandé à M. Jean-Yves DEPARIS, professeur des écoles, présent à l'Ecole Française du Kansaï depuis la semaine dernière d'assurer l'intérim de la coordination au primaire. Dans le secondaire, le Conseiller Principal d'Education prendra le relais sur certaines tâches de cet emploi bien spécifique de proviseur adjoint. Les professeurs principaux pourront jouer un rôle important notamment pour les conseils de classes qui sont imminents. Il est envisagé de faire appel, si nécessaire, à AGIR, une association de jeunes retraités qui peuvent assurer des missions ponctuelles.

Les réunions des diverses instances de l'établissement reprendront dés que possible avec un calendrier légèrement décalé.

A propos du calendrier scolaire, il a été rappelé que les vacances de printemps seront écourtées afin de compenser une semaine de cours perdue sur trois. Répondant aux inquiétudes des familles, le proviseur est confiant dans la capacité de rattrapage. Si des besoins spécifiques sont identifiés par les équipes pédagogiques, des actions de soutien seront mises en place.

Les activités périscolaires reprendront également le 4 avril sous réserve de la présence de l’animateur. Par contre, les sorties et voyages qui étaient prévus dans les semaines qui viennent sont annulés.

6. les questions financières :

Les familles qui choisiraient de ne pas faire revenir leurs enfants au lycée pour le 3ème trimestre ne se verront facturer ni le troisième trimestre, ni les frais de première inscription au cas où ils reviendraient en septembre prochain.

Les familles qui regagneraient le lycée, non pas le 4 avril, mais quelques semaines plus tard, se verront facturer les frais de scolarité de leurs enfants au prorata de leur présence pour le mois d'avril.

Par contre il ne sera pas procédé à un remboursement des frais de scolarité sur le deuxième trimestre pour les jours de classe non compensés après le séisme , le lycée ayant bien entendu assumé toutes les charges, notamment salariales, pour cette période .

Les frais de cantine seront facturés pour le troisième trimestre. Les enfants qui choisiraient de changer de régime et de passer au bento peuvent le faire. Les familles dont les enfants étaient inscrits à la cantine au deuxième trimestre pourront bénéficier d'une déduction sur le troisième trimestre des repas non consommés en raison de la fermeture du lycée (remise d'ordre).

Se pose la question du paiement des frais de scolarité à régler dans les écoles d'accueil de la zone et à l'EFK. Il semblerait qu'il y ait des interprétations diverses de l'idée du mois de gratuité. Il appartient à chaque établissement concerné de définir avec les familles les conditions de cet accueil. Le Service culturel travaillera avec l'AEFE afin de trouver la meilleure solution pour chacun des enfants inscrits à l'EFK.

 

Présents:
Benoît GUIDEE, conseiller culturel
Francis MAIZIERES, conseiller culturel adjoint
Michel SAUZET, proviseur du LFJT
Philippe DUMAS, gestionnaire du LFJT
Xavier JORGE, responsable de la gestion matérielle du LFJT
Thierry CONSIGNY, Conseiller AFE
Yves ALEMANY, Président de l'AFJ
Bruno PEYRON, président de l'AF-FCPE
Nicolas SANTINI, président de l'APE
Mme NEHAL, représentante du personnel du second degré
Mme HUET, représentant du personnel du premier degré
François ROUSSEL, représentant de René Aicardi, conseiller AFE

Francis MAIZIERES

Conseiller culturel adjoint


publié le 14 avril 2011