CR commission des langues 17 avril 2013

Commission des langues – le 17 avril 2013

Question AF hors-commission langues

Sécurité de l’eau : pas de consigne du côté de l’ambassade pour l’eau des fontaines. M.Houdoin fera le point sur la question avec M. Jorge.

NDLR (ajout de la réponse post-meeting): 

Le lycée pas de contrôle particulier pour l’eau des toilettes ou des fontaines d’eau. L’eau consommée au service restauration est filtrée par des serveurs de la compagnie Coway. http://coway.co.jp/jyosui/chp06er.html

Ce sont des serveurs munis de filtres testées sur les eaux de pluie de la préfecture de Fukushima en mars 2011. Les tests ont montré que les filtres arrêtent l’iode et le césium radioactif. 

Concernant l’eau de la ville de Tokyo, celle-ci est testée par les services des eaux de la ville. Les tests ne détectent pas la présence d’iode ou de césium. http://www.waterworks.metro.tokyo.jp/1jyousui_1305.pdf

L’établissement tient à vous confirmer que vous pouvez fournir à votre enfant une bouteille d’eau minérale à consommer dans la journée si vous préférez qu’il ne boivent pas l’eau de la ville de Tokyo.

En conclusion, Monsieur Didier Champion expert, directeur de l’environnement à l’IRSN ainsi que l’expert nucléaire de l’ambassade de France au Japon ont confirmé lors d’une conférence tenue le 4 mars 2013 qu’il n’y a pas de restriction à l’utilisation de l’eau de Tokyo pour la cuisine ou pour sa consommation

Centre aéré début juillet : mise en place difficilement envisageable en raison du manque de personnel d’encadrement (fermeture vers le 5/6 juillet), et de personnel technique.

Bibliothèques de classe : elles se mettent en place petit à petit. Certains enseignants ont commencé à utiliser un logiciel mis à leur disposition pour permettre un emprunt facile.

  • Le prêt des livres reste à la discrétion de l’enseignant.
  • Les parents qui souhaitent se défaire de livres peuvent les donner au LFIT qui organisera cette année encore une bourse aux livres au profit de la Croix Couge (au moment de la fête de l’école). L’information sera bientôt diffusée dans le cadre de la communication autour des fêtes de fin d’année.

 Commission Langues : bilan et avenir des parcours langues.

Présents : M.Houdoin, Mme Oki, Mme Jaffrès, Mme Fontaine, Mme Danos, Mme Simon-Oikawa, M.Brancourt

 1.   Bilan des parcours langues

Une enquête interne a été menée auprès des enseignants impliqués dans les parcours langues (les professeurs des écoles et les enseignants de langue) pour dresser un premier bilan. Il en ressort les résultats suivants.

1.1. Les points positifs

  • Personnalisation des parcours : répond au profil linguistique des enfants et aux projets des parents, permet une certaine souplesse (possibilité de changer en cours d’année), évite le risque de filiarisation, correspond à une demande institutionnelle.
  • EMILE :
    • Fait de la langue un outil d’apprentissage et non plus un objet d’étude.
    • Offre la possibilité de travailler en groupes plus restreints (y compris dans les classes avec EMILE en français, où les enseignants peuvent mieux accompagner les élèves en difficulté), et permet une prise de parole plus importante.
    • Permet un enrichissement du vocabulaire, ajoute une dimension interculturelle.
    • Permet aux enseignants de découvrir chez les élèves de nouveaux potentiels (aptitude à mener des expériences, etc.).

1.2. Les difficultés rencontrées

  •  Rigidité dans l’emploi du temps
  •  Perte de temps due aux déplacements. Impossibilité de faire passer les séances de 45 min à 60 min (instructions officielles, gestion des temps de récréation entre autres)
  • Immobilisation de salles, peu de possibilités d’extension.
  •   Nécessité de concertation entre les enseignants pour l’EMILE, à améliorer encore l’année prochaine. Les enseignants de japonais et d’anglais se réunissent actuellement dans leur discipline une fois par semaine, et une fois par mois en séance plénière. A une question des associations sur la coordination entre les enseignements en langue maternelle et en langue étrangère (ex : conditionnel étudié en anglais avant d’être appris en français), M. Houdoin répond qu’il n’y a pas de nécessité d’un couplage trop serré des apprentissages sur ce plan, et Mme Jaffrès qu’il faut distinguer l’approche systématique de la simple maîtrise orale.
  •  Le démarrage du système des parcours a été laborieux en début d’année, en raison de sa nouveauté et des problèmes de communication et d’explication des parcours.
  • Problème de communication pour les devoirs et les évaluations :

Problème de support pour les devoirs : vers un support unique ? A la demande de certains parents souhaitant voir apparaître sur un blog l’ensemble des devoirs, les enseignants et la direction répondent qu’il est nécessaire de responsabiliser les enfants par la tenue du cahier de textes. L’élève doit prendre son cahier de texte dans les cours de langue pour noter les devoirs qu’il a à faire.

L’année prochaine, les enseignants distribueront aux élèves en début d’année un document indiquant les méthodes de travail, le rythme des devoirs et des évaluations.

 1.3. Perspectives

Le dispositif de parcours de langue actuel sera reconduit l’année prochaine et la synergie entre les enseignants pour l’EMILE sera encore améliorée.

 2.   Questions des associations :

 Lien parcours / niveau de langue. Mme Jaffrès indique que l’hétérogénéité à l’intérieur des niveaux est un atout pédagogique notamment pour les plus faibles. De plus, une pratique pédagogique différenciée est également appliquée afin de s’adapter au niveau de chaque élève.

Parcours 3. Certains parents dont les enfants sont en parcours 3, et auxquels le parcours 4 a été refusé, ont le sentiment d’une perte de temps. Les enseignants indiquent que les compétences du parcours 3 sont plus élevées que dans le système précédent, et qu’il y a donc bien un gain. Ils rappellent que les élèves gardent la possibilité de changer de parcours si leur niveau le permet.

Changement de parcours : une dizaine de changements ont été effectués à la fin du 1er trimestre : 5 enfants (CM1) sont passés du Parcours 2 au Parcours 1. Passage aussi en CE2 de parcours 1 en parcours 2.

En fin d’année, possibilité pour les enseignants de proposer aux parents des changements de parcours.

Certification Cambridge Young Learners English proposée en CM2 pour les élèves de la classe bilingue (de nationalité non anglophone) et du Parcours 4. Un entraînement se fera en classe ; les enfants seront orientés (« Movers » ou « Flyers » en fonction de leur niveau). Les frais d’inscription sont pris en charge par le LFIT. Les élèves des autres parcours ne sont pas concernés.

Problème de l’élaboration et de l’hétérogénéité des documents en EMILE. Les documents correspondent aux notions indiquées par les instructions officielles, et qui sont parfois complexes. La différence de niveaux des documents est aussi liée à l’hétérogénéité des niveaux des enfants. Il n’existe presque pas de banques de ressources pour l’anglais et pas du tout pour le japonais. Toutefois, une synergie importante entre les enseignants a permis d’élaborer une nouvelle base de documents avec un socle commun.

Enfin s’ajoute la nouveauté des programmes (janvier 2012).

 3.   Projets pour l’année prochaine

  • L’AEFE invite l’ensemble des établissements à une réflexion sur la place du bilingue au sein des établissements (nombre d’heures en langue étrangère, place de la langue du pays d’accueil, choix de sections internationales commençant dès le CP, etc). Cette réflexion sera mise en place l’an prochain et devra prendre en compte notamment des questions pratiques et matérielles concernant le financement, la gestion des personnels, etc. La réflexion sera par ailleurs commune avec les autres établissements de l’AEFE et les parents y seront associés par le biais de leurs représentants.
  •  Bilingue : pas de changement pour la rentrée scolaire 2013-2014.
  • Pour les parcours de langues, pas de changements majeurs à prévoir, seulement des aménagements de détails.

 4.   Communication et calendriers

  •  Réunion d’information sur le choix des parcours de langues pour les parents d’enfants en CE1 prévue courant mai. Enquête auprès des familles dans la foulée. Le LFIT indiquera aux familles à quel parcours leur enfant peut prétendre, et les parents en valideront un.
  • Réunion à destination des parents d’enfants de CM2 à propos des possibilités offertes à l’entrée en 6e prévue fin juin.

Mme Jaffrès rappelle que le lycée a travaillé à la continuité entre primaire et collège et que les problèmes des années précédentes (en particulier pour l’orientation des enfants en JLM) ne devraient plus se poser à la prochaine rentrée.

  • Conseil d’école : avancé au 30 mai

 


publié le 20 mai 2013