CR Conseil d’école 30 mai 2013

Conseil d’école du 30 Mai 2013

Compte-rendu de l’Association des Familles

1/ Mouvement des personnels

- Depart de Madame Chabot, enseignante de CE2 arrivée à la rentrée 2012

- Passage de Madame Pinaroli à plein temps (depuis moyenne section bilingue)

- Passage de Franck Letur à mi-temps en remplacement de Muriel Pinaroli, en MS bilingue (anciennement surveillant vie scolaire)

 2/ Effectifs

Hausse de 3% des effectifs par rapport à la rentrée 2012 (mais de 1% seulement par rapport aux effectifs actuels), sans prendre en compte les futures inscriptions qui arriveront au mois de Juin, ainsi que les éventuelles inscriptions confirmées à la sortie de la “classe relais”.

Les effectifs prévisionnels sont détaillés dans le tableau ci-dessous, on remarque que le nombre d’enfants par tranche d’âge se ré-équilibre peu à peu, avec toutefois un gros effectif en CP et un petit effectif en PS maternelle. Ceci est, entre autre, dû à l’ouverture d’une petite section au sein de la crèche des petits sakuras, au centre-ville.

  Septembre 2012

Mai 2013

Septembre 2013

PS

40

45

34

MS

49

54

56

GS

63

71

72

CP

68

68

86

CE1

77

72

72

CE2

61

62

71

CM1

68

66

64

CM2

83

81

69

Total

509

519

524

La structure pédagogique retenue comprend une classe de maternelle supplémentaire pour une classe de primaire en moins. Les détails par classe ne sont pas encore arrêtés mais on doit s’attendre à de nombreuses classes de niveaux multiples, ce qui par expérience s’est déjà montré positif.

Lors d’un rapide point sur la “classe relais”, le directeur évoque une promotion de 12 élèves dont 1 famille serait indécise et 3 rentreraient en France, ce qui permettrait d’espérer au moins une moitié d’inscriptions.

 3/ Instauration d’un cahier de liaison institutionnel

Face à la dispersion des canaux de communication entre les différents organes du lycée et les familles, le cahier de liaison institutionnel se veut comme un outil de communication de référence. Sur le modèle du cahier de liaison déjà en place au secondaire, il centralisera les relevés d’absence, de retard, la liaison avec l’infirmerie et la vie scolaire en général. Il peut également servir comme support dans le traitement par paliers des problèmes de discipline. On y trouvera également collé à l’intérieur le règlement intérieur et le calendrier scolaire.

La gestion des absences et retards, de façon interne, ne changera pas, l’utilisation du logiciel Pronote, accessible à l’administration seulement, est conservée. Il est peut-être envisageable de donner accès aux parents à la partie absences/retards, mais tout en précisant qu’il ne s’agit pas du même usage qu’en secondaire (pas de cahier de texte, notes, bulletin, etc…).

 4/ Règlement intérieur

Modification : BILANS : un bilan du travail est transmis par voie électronique aux parents chaque période pour en prendre connaissance.

Cette modification concerne les bilans de travail adressés aux parents. On ajoute une précision quant à la définition du mot “période” dans l’explication des bilans envoyés aux parents.

Une notice explicative sera d’ailleurs ajoutée dans le règlement intérieur quant à l’utilisation des bulletins CERISE (le fichier transmis par l’administration, plutôt que le lien, est à enregistrer dans les 40 jours suivants la réception du lien. Tous les bulletins sont à imprimer et faire tamponner par l’administration avant un départ du LFIT pour le dossier scolaire).

 Modification : ADMISSION A L’ECOLE MATERNELLE : Les enfants dont l’état de santé et de maturation physiologique et psychologique (propreté et socialisation) est compatible avec la vie collective en milieu scolaire peuvent être admis l’école maternelle.

Après un débat autour du terme “socialisation” qui devait servir à expliciter le terme “psychologique” mais par lequel des parents d’enfants candidats à la petite section pourraient se sentir visés (notamment les enfants n’ayant jamais été en crèche), il est convenu d’adapter le paragraphe comme suit : “ADMISSION A L’ECOLE MATERNELLE : Les enfants dont l’état de santé physiologique (propreté) et psychologique est compatible avec la vie collective en milieu scolaire peuvent être admis à l’école maternelle.”

Un représentant des parents d’élèves demande également à ce que ce genre de documents extrêmement importants soit traduit le plus vite possible en japonais pour les familles japonophones. Monsieur le Directeur admet que c’est important mais ne donne pas de date précise.

L’éventualité d’une traduction en anglais de ces documents majeurs a aussi été évoqué par vos représentants comme solution plus rapide à mettre en place.

 5/ Bilan des Aides Personnalisés

Les AP, qui disparaissent cette année, avaient été instaurées en 2008. Depuis la rentrée, 65 élèves ont été concernés, principalement en Français et en Mathématiques.

Le dispositif de remplacement prévu pour les AP s’appelle APC pour Activités Pédagogiques Complémentaires. Il ne s’agit plus que d’une heure (au lieu de deux) hebdomadaire, pour des activités qui peuvent être mises en lien avec des activités prévues au projet d’établissement. La seconde heure récupérée est allouée aux concertations/formations.

Il est à noter qu’en France, la mise en oeuvre budgétaire des APC est à la charge des communes.

Par ailleurs, il est précisé que les PPRE (aménagement du temps scolaire) sont toujours possibles pour les élèves concernés.

Ainsi, une division par deux des heures de soutien en Primaire a été annoncée par l’administration, en accord avec la circulaire gouvernementale numéro 2013-17 du 6 fevrier 2013. Cette mesure va exactement dans le sens contraire des évolutions souhaitables au LFIT, dont la spécificité de la population impose une offre intensive de soutien au sein de l’établissement à tous les niveaux d’enseignement. C’est d’ailleurs une des priorités du « projet d’établissement ». Avec le LFIT et forts de votre soutien, l’AF restera mobilisée pour empêcher l’application de cette mesure ou trouver des solutions de compensation afin que le soutien aux enfants du Primaire continue d’être assuré et développé pour répondre aux besoins des enfants.

6/ Questions diverses

Le directeur fait part de sa circonspection quant à la longueur de la liste de questions et au manque de discernement de certaines questions transmises par les associations de parents.

6.1/ Problèmes d’infirmerie

Toutes les absences de l’infirmière sont justifiées. Monsieur le Directeur n’a eu qu’une remontée de parents insatisfaits. S’il y en avait d’autres, il faut conseiller aux parents lorsqu’ils contactent les associations de parents, de contacter également la direction.

Lors d’une absence de l’infirmière, la prise en charge est assurée par l’enseignant, un surveillant, ou même une personne de la vie scolaire. Certains personnels ont des formations de secourisme. En cas de problème grave, les parents sont prévenus, ou bien les urgences sont contactées directement.

6.2/ Les capuchons de sûreté

Les capuchons de sûreté sont contrôlés à chaque utilisation, soit 6 fois par an. Ils ne sont pas vétustes, mais leur étui l’est. Il a été confectionné par un personnel parti maintenant à la retraite. Le coût de renouvellement des étuis se monterait à 5000 yens pièces, multiplié par le nombre d’enfants.

6.3/ Bilan classe relais et juku

Comme prévu au précédent conseil d’école, un bilan de la classe relais et juku sera fait au premier conseil d’école de l’année scolaire prochaine, qui se tiendra à la rentrée.

6.4/ Nombre de jours vaqués

Le nombre de jours vaqués l’année prochaine ne change pas par rapport à cette année, il s’agit en outre d’une anomalie, vestige des mercredis vaqués, qui n’a pas vraiment lieu d’être.

6.5/ Inscriptions en classe bilingue

Monsieur le Directeur renvoie les parents au site Internet du lycée, qui dispose de toutes les informations, en français.

6.6/ Communication autour du stage Meisho

L’information est visible dans la section « partenaires » du site internet du lycée, au même rang que des informations de l’ambassade de France par exemple. La communication aurait pu se faire plus tôt si le message était parvenu plus tôt au lycée. Par ailleurs, pour l’année prochaine, il sera possible de communiquer concernant le stage à travers le cahier institutionnel, ainsi qu’en prenant la parole lors de la réunion de rentrée et la réunion des langues. Cependant, l’école refuse de communiquer par courrier électronique, préférant consacrer la diffusion électronique à des messages ayant un rapport direct avec la scolarité des enfants.

6.7/ Piscine

La piscine est utilisée en priorité par les classes de cycle 2 (CP, CE1) et de CM2, comme prévu dans les textes. Etant aussi partagée avec le secondaire, il n’y a pas d’autres créneaux disponibles.

Pour la couverture de la piscine (par une bulle sous pression, plutôt qu’une structure extérieure), un plan de contribution exceptionnel a été lancé en février 2013, mais sans grand succès (pourvu à moins de 50%).

Il est à noter qu’en France, les parents bénévoles qui accompagnent passent une journée d’agrémentation, qui n’était pas demandée ici. Monsieur le Directeur s’engage à mieux communiquer lors de la réunion de rentrée afin de faire comprendre les enjeux (sans parents surveillants, annulation des séances de piscine) et les attentes (un seul des deux parents dans l’eau, profondeur faible, etc…). Il est également envisageable de recruter un second maître nageur, mais cela aurait un coût.

Un personnel enseignant remarque que la désaffection pour les séances de piscine semble coïncider étrangement avec le déménagement à Takinogawa, alors même que le trajet n’est pas plus long, puisqu’à Takinogawa la piscine se trouve sur place.

6.8/ Liaison CM2  – 6ème

Les parents concernés seront notifiés, les échanges démarrent début juin.

6.9/ Livre de l’année

Le sujet ne semble pas faire l’unanimité. De nombreux représentants de part et d’autre semblent privilégier les supports électroniques. Néanmoins, le projet est à l’étude aux mains du chargé de communication.

6.10/ Actions caritatives

Monsieur le Directeur  remarque que les parents ne lisent pas le site Internet du lycée sur lequel figurait en bonne place l’action de vente de livres pour la Croix Rouge à la kermesse.

Pour lancer une action caritative au sein de l’école, deux choses sont importantes :

- Impliquer des associations locales, ou localement représentées, qui peuvent s’impliquer dans le projet du début (en venant à la rencontre des classes du primaire pour expliquer l’action) à la fin (en présentant le résultat obtenu par la collecte, photos à l’appui par exemple).

- Obtenir l’aide et l’implication des familles pour l’organisation de l’action.

7/ Informations diverses

On apprend durant le conseil les informations suivantes :

- Disparition des parents délégués à la maternelle et au primaire. Ces rôles pour les parents ne sont pas prévus dans les textes avant le secondaire.

- Disparition également de la chaîne téléphonique, jugée peu utile en cas d’urgence. Elle sera remplacée par un dispositif de type compte Twitter.

- Lors des problèmes à caractère psychologique, il est possible de faire intervenir un psychologue. L’infirmière a notamment des listes de personnes disponibles. Cette intervention se fait à la charge des parents.

- A la rentrée, adoption d’un règlement intérieur du conseil d’école, permettant d’éviter les listes de questions trop longues.


publié le 12 juin 2013