Conseil établissement 7 octobre 2013

Compte rendu du conseil d’établissement du 7 octobre 2013

Personnes présentes :

Représentants de l’administration : M. Sauzet (Proviseur), M. Marchand (Proviseur-adjoint), M. Houdoin (directeur du primaire), M. Salama (gestionnaire comptable), M. Jublot (CPE), Mme Droszewski (représentante du service culturelle de l’ambassade)

Personnalités invités : Mme Costa-Kageyama (représentant M. Consigny AFE), M. Warcziarg (représentant M. Aicardi ADFE)

Représentants des personnels : Mme Chica, M. Messin, M. Brun, M. Schmitlin, M. Jorge

Représentants des parents : Mme Rigaudy, M. Peyron, M. Brancourt, Mme Gardies

Adoption de l’ordre du jour à l’unanimité

 Adoption du procès-verbal du Conseil d’établissement du 4 juin 2013

M. Sauzet s’excuse pour la diffusion tardive du compte rendu qui est adopté à l’unanimité.

 Bilan de la rentrée 2013

a) résultats aux examens

M. Sauzet est très fier des très bons résultats obtenus l’année dernière.

  • BAC : 100% reçus avec 85% de mentions. A noter qu’il n’y a pas d’écart entre les notations du FLIT et celles des correcteurs du bac.

Parmi les bacheliers, 58% poursuivent leurs études en France (50% en classe préparatoire, 22% en école spécialisée et 22% en université), 21% étudient au Japon et 24% à l’étranger.

  • Diplôme National du Brevet (DNB) : 100% reçus avec 87% de mentions AB, B et TB.

On peut noter le succès du lancement de l’association des anciens élèves du LFIT, près de 200 « anciens » inscrits ou en cours d’inscription/validation.

b) Effectifs de la rentrée

A ce jour, il y a 940 élèves inscrits au LFIT (530 au primaire et 410 au secondaire)

soit +10% par rapport à l’année dernière (augmentation supérieure aux prévisions qui étaient de 6%).

2 classes supplémentaires : 1 en maternelle et 1 au collège.

Il semble que le flux de départ/arrivée de familles expatriées soit revenu au niveau normal, d’avant 2011.

c) Nouveaux personnels

Enseignants

Mme Dovillers, professeur des écoles

Mme Haga, professeur des écoles

Mme Nagana, ASEM

M. Larribe, professeur de SES et conseiller pédagogique

Mme Ait-Assa, professeur de Mathématiques

M. Bukowiecki, professeur d’Histoire- géographie

Mme Larribe, professeur de lettres classiques

Melle Prats, professeur d’Espagnol

Messieurs Messin et Gagnaire ont été résidentialisés à la rentrée 2013.

M. Larribe est en poste d’expatrié.

Non enseignants : 2 surveillants (M. Dalot et Mme Tauveron), 3 personnels de cuisine (Mme Mochizuki, Mme Nara, M. Niwase) et 1 agent de service (M. Kotaro).

d) Plan de formation continue

Le plan de formation continu du personnel a été présenté. 1/3 des enseignants est concerné par ce plan auquel est consacré 1% de la masse salariale.  Ce financement est mutualisé sur la zone et les formations sont dispensées sur la zone Asie. Ce plan est décidé en séminaire avec toutes les directions de la zone Asie.

Il y a en plus des formations en langue français, anglais et japonais  prises en charge par le lycée.

 Projet d’établissement P.E.

En attendant de formaliser le nouveau projet d’établissement 2014 – 2017, les projets de cette année suivent les axes définis dans le projet précédent :

  • Pour le primaire, la nouveauté est notamment la création d’un potager pour les maternelles.
  • Pour le secondaire, continuation des échanges avec d’autres écoles (japonaises ou internationales), des sorties culturelles pour mieux connaitre le pays d’accueil, du chant, un projet sur l’architecture et la 3D, un projet « Sismo » (sur les séismes) et toujours le projet « Ambassadeurs en Herbe ».

Projet établissement 2014 -2017 :

Pour le finaliser, un questionnaire sera envoyé

–       à chaque parent,

–       à chaque membre du personnel,

–       à chaque élève (du secondaire) ?

Les 3 questionnaires doivent être finalisés avant la fin du mois de décembre après validation en conseil pédagogique, conseil du second degré et conseil d’école ; l’objectif est de rédiger le P.E. avant la fin juin pour que l’AEFE le valide avant la rentrée 2014.

Le but du travail actuel sur les questionnaires est de rendre les questions pertinentes afin d’obtenir des réponses non confuses, cohérentes et analysables.

Nous vous inviterons à répondre à ce questionnaire pour que ce P.E. représente vos idées et convictions.

Préparation de la rentrée 2014-2015

Prévision d’une progression des effectifs de 6,3% en vue d’atteindre 1 000 élèves.

Au primaire, il est envisagé d’ouvrir une classe : prévision de 543 élèves pour 23 classes (Moyenne = 23 ou 24 élèves/classe)

Le but est d’éviter les classes à double niveau qui, bien que positives sur le plan pédagogique, sont très difficiles à gérer sur le plan de l’intendance (à cause des horaires de langues, sport etc.)

La résidentialisation de Mme Pinaroli et l’ouverture d’un poste de professeur des écoles sont demandées.

Au secondaire, prévision de 457 élèves pour 18 classes (Moyenne= 25,5 élèves/classe)

  • Ouverture d’une 3ème supplémentaire et
  • poursuite du renfort des horaires de langues
  • plus 3h en anglais pour les 5ème (continuité de ce qui est mis en place cette année pour les 6ème),
  • 1h de cours sur la civilisation japonaise pour les japonais LV1bis en 5ème (continuité du renfort mis en place en 2012 pour les 3ème et en 2013 pour les 4ème) pour permettre aux élèves de s’inscrire en OIB japonais en 2nde.  

1 équivalent temps plein (ETP) sera nécessaire en plus.

Demande de résidentialisation de M. Ritter et de Mme Ait-Assa.

Au final, augmentation de la dotation horaire globale car 2 ETP devront être créés.

L’organisation prévisionnelle est votée à l’unanimité.

Autres informations

Suite à une nouvelle réforme, M. Sauzet nous a présenté la nouvelle organisation des cycles qui devrait se mettre en place à la rentrée prochaine :

cycle 1 : maternelle PS, MS et GS

cycle 2 : CP, CE1 et CE2,

cycle 3 : CM1, CM2 et 6ème.

Question des personnels enseignants :

Quelle législation doit-on appliquer au LFIT ?

Le lycée étant une fondation de droit japonais, c’est donc la loi japonaise qui doit être suivie. Cependant il dépend aussi de l’AEFE dont les directives doivent aussi être suivies. Par exemple pour la sécurité, le plan de sécurité du lycée suit la norme japonaise et en plus celui donné par l’AEFE.

Dans le cas concret de la dispense de médicament, la règle est qu’un personnel médical peut aider un enfant à prendre son médicament si une décharge parentale est donnée (que l’on peut trouver sur le site internet du LFIT, rubrique santé ici)  ainsi que l’ordonnance du médecin.

En cas d’urgence, n’importe quelle personne du lycée peut être amenée à faire une piqure (sinon il s’agit alors de « non-assistance à personne en danger »). Les enseignants demandent si une formation aux premiers secours (pour au moins savoir où piquer, etc.) pourrait être faite. La direction l’envisage sérieusement.

Les parents d’élèves font remarquer que l’infirmerie est fermée pendant une bonne partie de la pause déjeuner des élèves et suggèrent que cette pause soit faite avant ou après celle des élèves, pour éviter les « embouteillages » à l’infirmerie.

Questions des Familles du Lycée de Tokyo :

1.     Afin d’alléger les emplois du temps au secondaire, pourrait-on créer un groupe de travail sur les temps de présence, les horaires, la gestion des heures de permanence, et les cumuls d’options ?

M. Marchand répond que les objectifs d’emploi du temps sont les mêmes pour tous : éviter les heures creuses et les heures de cours tardives. Cependant, les contraintes sont multiples et même le logiciel ne peut répondre à toutes. Il lui faut faire du « sur-mesure », au dernier moment, avec l’impératif que tous les élèves puissent suivre tous les cours. Les « trous » apparaissent à cause des nombreux groupes de langues et des regroupements

2.     Nous avons bien compris que la salle de permanence était ouverte aux collégiens mais aussi aux lycéens et que le CDI était ouvert sur de nombreux créneaux horaires dans la semaine. Pourriez-vous communiquer une note aux parents sur le fonctionnement et les horaires de l’étude et du CDI en heures creuses ?

Une note sera envoyée aux parents très prochainement. Elle sera complétée par une information sur le comportement à l’intérieur et à l’extérieur du lycée

3.     Serait-il possible d’organiser chaque année (en juin pour les anciens, en septembre pour les nouveaux), des tests de langues pour déterminer de façon encadrée et juste la constitution des classes bilingues en primaire et des niveaux débutant/intermédiaire/advanced/anglais renforcé en secondaire ?

Pour les élèves déjà scolarisés, les professeurs connaissent le niveau des enfants. Toutefois, les critères entre le primaire et le secondaire doivent être mieux croisés dans le futur.

Pour les nouveaux élèves, il y a des ajustements de groupe effectués en début d’année si nécessaire.

D’une manière générale, les groupes ne sont pas hermétiques et il est possible de changer en cours d’année, en général en fin de trimestre. Les heures de langues sont sur les mêmes créneaux horaires afin de permettre ces changements.

Il n’y a pas de numerus clausus dans les groupes de niveaux.

4.     Pouvez-vous nous donner l’état d’avancement des travaux de couverture de la piscine ?

Mi-novembre : confirmation écrite des autorités japonaises qu’il ne faut pas faire une demande de permis de construire. Le chantier débutera à ce moment là pour un achèvement prévu fin mars. Les cours de piscine prévus ne devraient donc pas être perturbés par le retard.

5.     Serait-il possible de mettre en place un tutorat entre élèves ?

Le tutorat a existé il y a quelques années. Ce tutorat basé sur le volontariat sera évoqué en conseil des délégués de classe. Les volontaires seront listés puis des groupes seront organisés.

En primaire, ce tutorat est fait assez spontanément entre les grands CM2 et les petits CP, lors des études.

6.     Certains parents achètent une deuxième série de livres scolaires afin d’alléger le poids des cartables. Serait-il possible d’organiser une bourse aux livres à la fin de l’année scolaire ? Cette initiative permettrait aux élèves de revendre leurs livres de l’année écoulée, et d’acheter ceux de l’année suivante à moindre prix.

Cela est tout à fait envisageable d’organiser cette bourse lors de la fête du lycée, avec l’aide des parents si nécessaire.

7.     Peut-on connaitre le nombre d’élèves qui ne se sont pas re-inscrits au LFIT pour raisons financières ou de problèmes scolaires, en particulier retournant en système scolaire japonais ?

Cette année, 3 familles ont invoqué des raisons financières pour leur désinscription.


publié le 15 octobre 2013