Carte des Régions et Préfectures du Japon

Régions et Préfectures du Japon

 

En rouge/rose, les régions pour lesquelles l’IRSN recommande d’éviter les produits (cf le bulletin N°10 de l’IRSN ici :http://www.familles-lycee-tokyo.com/wp-content/uploads/2013/11/IRSN_Residents-Japon_Bulletin10_04062013.pdf)

Rappel de ce bulletin:

« D’une façon générale, pour les ressortissants français résidant au Japon, l’IRSN recommande :

  • de limiter au maximum la consommation de denrées collectées directement dans la nature (chasse, pêche, cueillette) ou provenant d’un jardin potager ou d’un élevage familial, à moins que des contrôles n’aient été effectués ;
  • de laver soigneusement les fruits et légumes ayant été en contact avec le sol.

Par ailleurs, l’IRSN recommande de garder une certaine prudence quant à la consommation des denrées suivantes :

  • les plantes et champignons sauvages ainsi que le gibier, notamment la viande de sanglier : ces produits sont issus du milieu forestier dans lequel aucune action de réduction de la contamination n’est entreprise ;
  • les champignons, notamment les shiitakes : le nombre de communes frappées d’interdiction augmente régulièrement depuis l’entrée en vigueur des nouvelles normes alimentaires. De plus, les zones concernées sont de plus en plus distantes de la préfecture de Fukushima ;
  • certains poissons (eau de mer et eau douce) qui présentent des niveaux de contamination constants et même, régulièrement, supérieurs aux normes.

Pour ces denrées, il convient d’être attentif aux informations sur leur provenance et, le cas échéant, sur les résultats de contrôle de contamination. Plus généralement, il est recommandé de varier son alimentation (notamment en termes de provenance) pour limiter efficacement la contamination interne par ingestion.
Aucune limitation sur la consommation ou l’usage de l’eau du robinet pour la préparation et la cuisson des aliments n’est à envisager.
Il est important de noter que la consommation occasionnelle ou accidentelle de denrées contaminées, même à des niveaux légèrement supérieurs aux normes autorisées, ne présente pas un risque significatif pour la santé. »


publié le 3 octobre 2014