CR du Conseil du Second Degré du 17 novembre 2014

CR du Conseil du Second Degré (CSD) du 17 novembre 2014

 Résumé :

  • Points sur la rentrée : effectifs, nouveaux enseignants
  • Projets de voyages
  • Evènements du 1er trimestre
  • Inscriptions aux examens
  • Stage 3e et orientation

 Personnes présentes :

Représentants de l’administration : Mme Reynaud (Proviseur-Adjoint),  M. Jublot (CPE)

Représentants des personnels : M. Ritter (professeur de philosophie)

Représentants des élèves : M. Nicolas Rigaudy

Représentantes des parents d’élèves (FLT): Mme Rigaudy, Mme Simon-Oikawa

1.    Adoption du CR de la réunion du 27 mai 2014

Un représentant de parents d’élèves souligne deux coquilles, qui seront corrigées.

Le CR est adopté à l’unanimité.

2.    Adoption du règlement intérieur du CSD

Le règlement intérieur est adopté à l’unanimité.

3.    Point sur la rentrée

Effectifs

Niveau Effectif Classes
6e 71 3
5e 77 3
4e 72 3
3e 59 3
Total collège 279 12
2de 48 2
1e 63 3
Tale 43 2
Total lycée 154 7
Total secondaire 433 19

Enseignants :

7 nouveaux enseignants sont arrivés cette année : 2 en mathématiques, 1 en espagnol, 1 en physique-chimie, 1 en SVT et 1 en anglais.

Enseignement :

  • Montée de l’anglais renforcé en 5e
  • nouveau niveau LV1bis intermédiaire en japonais en 5e

Emplois du temps :

Quelques changements seront effectués l’année prochaine : les cours d’option seront plus souvent « en barrette » (en même temps) et regroupés, pour permettre aux élèves n’ayant pas ces options de finir/commencer plus tôt.

Cela implique que certaines options ne seront pas compatibles entre elles (incompatibilités : latin et LV1bis japonais, section euro et LV1bis japonais), mais aussi que les horaires seront moins souples pour les professeurs.

Les cours de FLE (français langue étrangère) ont commencé pour quelques élèves en difficulté de la 6e à la 3e. Ils s’ajoutent à l’emploi du temps normal.

4.    Présentation des projets de voyage

Voyages maintenus :

  • Singapour American School (section euro, 1e) : mi-mars
  • Hiroshima (1e) : 13-14 mai
  • Alpes du sud japonaises (6e) : juin

Voyages annulés pour raisons budgétaires :

  • Cambodge (1e). Ce voyage sera envisagé pour le niveau 2de , l’année prochaine.
  • Big Island (Tale)
  • Bangkok – stage de foot

Voyages en attente de subvention/sponsor :

  • Jeux Internationaux de la Jeunesse (organisé par l’AEFE dans le Vercors) : 6 élèves de 2de seraient envoyés en France, fin mai. Le lycée est à la recherche de sponsors pour financer le voyage jusqu’à Lyon.
  • Kyoto (visite d’un camp de prisonniers de la Première Guerre mondiale) pour les élèves d’OIB : le lycée attend la réponse à la demande de subvention déposée auprès de l’AEFE.

5.    Calendrier des évènements jusqu’aux vacances de fin d’année

Cf annexe préparée par la direction en fin de CR

 6.    Examens

Inscriptions

Tous les élèves sont inscrits aux épreuves anticipées (élèves de 1e) ou aux épreuves du baccalauréat (élèves de Tale). Pour la première fois, cette année, les élèves se sont inscrits eux-mêmes en ligne.

La Journée Défense et Citoyenneté a eu lieu le 12 novembre 2014.

Les inscriptions au DNB (Diplôme National du Brevet) se feront en décembre.

Calendrier

Les dates du baccalauréat ne sont pas encore fixées.

Les élèves désirant passer l’option arts plastiques pourront le faire au LFIT (examinateur trouvé).

Pour les options russe et portugais le lycée cherche actuellement un examinateur à Tokyo. A défaut, l’épreuve sera organisée par visioconférence.

Les dossiers de demande d’aménagement des épreuves doivent être déposés au LFIT avant le 31 décembre 2014.

7.    Orientation

Stage de 3e

Tous les documents ont été postés sur le site internet du lycée en octobre et communiqués aux parents. Les FLT remercient le lycée de cette mesure, demandée l’an dernier par les représentants des parents. Si des élèves ont des difficultés à trouver un stage, ils peuvent contacter la direction du lycée, qui a gardé les contacts des entreprises ayant accueilli les élèves l’an dernier.

Soirées Orientation

M. Ritter propose diverses conférences sur l’orientation.

La prochaine aura lieu jeudi 20 novembre (Etudier à l’international).

Salon Etudiant

Il aura lieu le 18 février au matin, sous le même format qu’il y a deux ans : rencontres puis table ronde.

Salon européen de l’orientation à Meiji University : en mai (concerne les 1e)

Salon virtuel de l’orientation

Première session d’interactivité du 19 au 21 novembre ; 2e session du 14 au 16 janvier 2015 (infos : http://www.consulfrance-hongkong.org/StudyinFrance-Chat-Now-Ouverture)

Site du salon interactif : http://www.studyinfrance.asia/

M. Ritter a prévenu les professeurs principaux afin que les cours d’accompagnement personnalisé soient consacrés à ce salon, en fin de semaine.

Le site Agora des anciens élèves AEFE de la zone Asie (http://www.agora-aefe.fr/users/register) permet de poser des questions précises à des étudiants actuellement en cours de formation. Il est très fortement conseillé à tous les élèves de Tale de s’y inscrire.

8.    Accompagnement personnalisé (AP) en 6e : bilan d’étape

L’année dernière, l’AP consistait en 1 h de français et 1 h de mathématiques.

Cette année, le nouveau format est 1 h de français et 1 h d’atelier tournant (format testé l’année dernière en 2nde avec succès). La présence des élèves en AP est obligatoire.

Les élèves participent à des ateliers thématiques : écriture théâtrale, méthodes de l’exposé, écriture de chansons, numération (jeux mathématiques), géométrie. Ils sont 5 groupes de 13 élèves. Après chaque période de vacances, les groupes changent d’atelier, de sorte que tous les élèves auront, à la fin de l’année, suivi chacun des ateliers.

Bilan : la première session était une période de rodage, mais après quelques ajustements la deuxième se passe très bien (les professeurs et les élèves sont satisfaits)

9.    Questions FLT

1.    Gestion des absences d’enseignants

Depuis la rentrée, la gestion par le LFIT de certaines absences d’enseignants est perçue avec un grand mécontentement de la part des parents. Plusieurs absences étaient imprévisibles (maladie), mais d’autres, dues à des motifs pédagogiques, étaient prévues dans le calendrier de l’établissement (accompagnement d’une autre classe, ou réunion, par exemple). Or, l’information aux parents et le remplacement des cours non assurés n’ont pas été la règle. La gestion des absences programmées est particulièrement incomprise.

Serait-il possible qu’à l’avenir toutes les absences, prévues et imprévues, soient systématiquement annoncées aux parents, et ce le plus tôt possible ?

Serait-il également possible, si le cours ne peut être rattrapé pour des raisons d’emploi du temps, qu’une activité pédagogique soit systématiquement donnée aux élèves lorsqu’un professeur est absent, de préférence sur le créneau horaire de son cours (document préparé en amont par l’enseignant, ou déposé au CDI dans une sorte de banque de travaux personnels par niveau de classe, à distribuer aux élèves en cas d’absence, par exemple) ?

La règle est que les absences soient annoncées. L’administration s’excuse pour les « ratés ». La direction rappelle les contraintes auxquelles la vie scolaire doit faire face. Il peut arriver par exemple que la vie scolaire ne connaissance pas la composition des membres d’une réunion ou d’une formation, et du coup ne puisse pas prévenir les parents de l’absence des professeurs. Quand, exceptionnellement, beaucoup de professeurs sont malades ou absents le même jour (NDLR : c’est arrivé une fois depuis le début de l’année), la vie scolaire privilégie l’encadrement des nombreux élèves sur place plutôt que l’information aux parents. Contacter tous les parents concernés par une absence implique de vérifier tous les emplois du temps, ce qui prend beaucoup de temps (à cause des groupes).

En ce qui concerne le rattrapage, la direction explique que parfois les cours sont rattrapés de façon anticipée, et que parfois les enseignants prévoient des devoirs surveillés, qui sont pris en charge par la vie scolaire. La plupart du temps, les professeurs donnent un travail à faire quand l’absence est prévue (devoir ou exercices), devoir qui peut être fait en étude. Dans le cas des cours de langues, il est pratiquement impossible d’organiser des séances de rattrapage à cause des groupes d’élèves venant de classes différentes.

Les professeurs arrivent toujours à s’organiser pour rattraper d’une façon ou d’une autre, et de façon globale, tous les élèves ont leur programme fini à la fin de l’année, dans toutes les matières.

2.    Information aux parents

De manière générale, serait-il possible que toutes les modifications intervenant dans les emplois du temps soient communiquées aux parents ? La semaine du 10 au 14 novembre, tous les élèves ne sont pas sortis à 16h, contrairement à ce qui avait été annoncé par la Vie scolaire pour les RIPP, etc.

Cf la réponse de la question 1.

L’administration va développer une fonction de Pronote qui gère les absences et les changements d’emploi du temps. Un système d’alerte permettra de prévenir les parents en temps réel.

Lors des RIPP, les cours sont systématiquement annulés mais certains professeurs décident de maintenir leur cours. Ils doivent dans ce cas prévenir la vie scolaire. S’ils ne le font pas, celle-ci ne peut pas informer les parents. Lors des dernières RIPP, la situation s’est présentée deux fois.

Le système des RIPP va être modifié dès la prochaine session : les rendez-vous seront pris par Pronote, grâce à une fonction qui sera présentée et expliquée aux parents. Les parents indiqueront leurs voeux (heures de rendez-vous, nom des professeurs), et le logiciel fixera le planning de chacun. Les demandes de rendez-vous devront être formulées pendant une période fixe et limitée, au-delà de laquelle plus aucune demande ne pourra être prise en compte (cette contrainte est nécessaire pour permettre au système informatique de gérer les plannings).

3.    Pronote

Serait-il possible de rappeler aux enseignants l’importance de noter tous les devoirs à faire sur Pronote ?

Ce point a déjà été rappelé et le sera à nouveau prochainement.

4.    Communication aux parents des groupes de langue

Serait-il possible que quand les groupes de langue sont constitués, au cours des premières semaines de septembre, l’administration envoie systématiquement un mail aux parents leur indiquant officiellement dans quel niveau est placé leur enfant ?

Ceci est envisageable une fois les groupes constitués, dans les premières semaines, avant les REPP.

5.    Enseignement du japonais

Comment se passe l’enseignement du japonais dans les niveaux LV1bis et LV1bis intermédiaire en classe de 5e ? Cette classe était la première à faire l’expérience du nouveau système mis en place pour le japonais l’an dernier (avec la répartition LV1bis / LV1bis intermédiaire), et se trouve donc chaque année en position de rodage, ce qui justifie les questions des parents. Le fait en particulier, en LV1bis intermédiaire, d’utiliser deux manuels de deux années japonaises différentes (2e tome de la 4e année et 1er tome de la 5e année) est-il jugé satisfaisant ? En dehors du nombre de kanjis à assimilier, quelles sont les exigences concernant les compétences orales, et les apprentissages concernant la culture japonaise ?

NDLR : La direction a demandé aux professeurs de japonais de répondre directement à cette question. Cette réponse écrite étant assez longue, Mme Reynaud a eu l’amabilité  de nous la transmettre. Nous la reproduisons intégralement ci-dessous, en remerciant les enseignants pour leurs éclaircissements détaillés:

« LV1bis : 

Le groupe a gagné en homogénéité du fait que les élèves confrontés aux difficultés ont choisi, de leur propre initiative (ou plus précisément de celle de la famille) ou sur conseil des enseignants, d’intégrer le groupe JLV1bis intermédiaire.

En sus des études avec le manuel et de l’apprentissage des kanji, quelques séances sont consacrées aux études sur la civilisation japonaise (géographie, jours fériés au Japon, etc.).

Celles-ci sont aussi l’occasion pour les élèves de faire preuve de leurs capacités à approfondir les connaissances par une recherche personnelle et à présenter leurs acquis oralement de manière claire et bien articulée.

JLV1bis intermédiaire :

Contrairement au JLV1bis, c’est une certaine hétérogénéité notamment à l’écrit (y compris les connaissances des kanji) qui caractérise ce groupe.

Les élèves qui viennent de France ou d’ailleurs ont parfois des difficultés à combler les lacunes en matière des kanji, même si leur niveau à l’oral est convenable.

Il y en a également qui n’ont su pallier leurs lacunes en kanji au cours de leur apprentissage au LFIT : la capacité des enfants à s’exprimer à l’oral ayant une place prépondérante au moment de la constitution au CE2 (au CM2 pour les élèves actuellement en 5ème) des parcours, notamment du parcours 2, ce phénomène risque de se perpétuer.  

Le fait d’utiliser deux manuels de deux années japonaises différentes ne pose pas de problèmes en soi ni pour les enseignants ni pour les élèves. D’ailleurs cela nous semble être le seul moyen possible pour assurer une progression continue dans la limite des heures de cours attribuées (2h hebdomadaires).

Toutefois, l‘enseignante en charge remarque un certain décalage ou retard dans l’assimilation des kanji par les élèves, par rapport au manuel de référence : de ce fait, actuellement, elle s’appuie sur le 2ème tome du manuel japonais de la 4ème année pour les études de texte (lecture, compréhension, etc.), tandis que, pour l’apprentissage des kanji, elle est obligée de revenir sur les programmes correspondant au 1er tome du manuel japonais de la 4ème année : mesure nécessaire pour permettre aux élèves de consolider leurs connaissances des kanji, indispensables à leur tour pour arriver à lire et à comprendre les textes de manière autonome. L’enseignante note par ailleurs que, pour quelques élèves, ce retour en arrière d’une demi-année ne suffit pas et que certains parents réclament une réduction du nombre des kanji à apprendre. Aux yeux de l’équipe pédagogique de japonais, il est difficile à admettre cette requête à moins de changer de manière drastique l’objectif (bilinguisme) ainsi que les programmes pour ce groupe.

Cela dit, il est aussi vrai que cette lenteur qui se manifeste chez la majorité des élèves dans l’acquisition des kanji devrait être prise en compte pour envisager un éventuel réajustement des programmes conçus il y a deux ans sous réserve de modifications ultérieures (à l’époque où on travaillait aux programmes pour le JLV1bis intermédiaire, une demande m’avait été faite que, concernant le nombre de kanji étudiés, l’écart entre les deux groupes ne soit pas trop important en fin de parcours. Mais la réalité ne semble pas forcément évoluer comme on le souhaite).    

Remarques concernant les compétences orales :

Pour qu’un enfant puisse prétendre qu’il ait les compétences bilingues, il ne lui suffit évidemment pas d’être capable de s’exprimer à l’oral pour satisfaire ses besoins ou sur des sujets familiers. Il lui faudra aussi étendre les sujets sur lesquels il pourra intervenir et être capable de réagir de manière spontanée et adéquate dans toute circonstance.

Dans le contexte où se trouve le groupe dont le travail est basé sur les études de textes proposés par le manuel, une réaction appropriée et raisonnée face au texte étudié est un des premiers éléments attendus des élèves : par exemple, savoir reformuler le récit, décrire les détails significatifs du texte, exposer son impression ou son opinion de manière claire et convaincante, réagir correctement à l’opinion des autres, etc., mais tout cela semble supposer une compréhension pertinente du texte.

Les apprentissages concernant la culture japonaise :

Pour l’instant, la nécessité de différencier le travail avec le manuel d’un côté et l’apprentissage des kanji de l’autre ne semble pas laisser à l’enseignante beaucoup de temps pour s’éloigner du manuel. Mais effectivement, ce sera un point à étudier à l’avenir quand la répartition des programmes sur le cursus aura gagné une certaine stabilité. »

6.    Enseignement de l’anglais

Comment se passe la montée en 5e des élèves qui étaient en advanced plus en 6e l’an dernier ?

La configuration des deux classes de la section euro en 4e l’an prochain est-elle déjà esquissée ? Le LFIT envisage-t-il deux classes de niveaux différents (pour les ex-bilingues actuellement en S1 et et pour les élèves en advanced B2), ou deux classes dans lesquelles les niveaux seraient mélangés ?

L’année prochaine, 2 groupes sont bien prévus en section euro (il y a déjà 23 élèves dans le groupe d’anglais renforcé en 5e). L’idée actuellement est de constituer des groupes mélangés, avec des élèves venant d’anglais advanced et d’autres d’anglais renforcé.

Lors d’une réunion informelle en marge du CSD, la direction nous a indiqué qu’elle travaillait actuellement à l’avenir des élèves de 5e actuellement en « anglais renforcé (SI) ». Une réunion avec les parents sera organisée en cours d’année, sans doute au deuxième semestre.

7.    Livres d’anglais

Pourquoi les livres d’anglais du niveau standard sont-ils pris en charge par le LFIT, et ceux des autres niveaux à la charge des parents ? Il est bien question ici des livres, et non pas des workbooks.

Actuellement, le niveau standard est pris en charge par le LFIT car il est commun à tous les enseignants, contrairement aux autres niveaux. Mais, l’année prochaine, le lycée commandera les livres spécifiques pour chaque groupe, et les prendra en charge.

8.    Voyages scolaires

Lors du dernier Conseil d’établissement, les FLT ont noté la concentration sur les classes de 1ère des voyages scolaires prévus pour les lycéens, et suggéré que l’un de ces voyages soit proposé aux élèves de 2nde. Les élèves de 2nde pourront-ils finalement partir en voyage scolaire cette année ?

Cf réponse en page 2 de ce CR.

Les voyages reposent sur des projets pédagogiques et ne sont pas toujours transposables d’un niveau à l’autre.

Il n’y aura pas d’autres projets que ceux déjà prévus, cette année.

9.    Conférence nationale sur l’évaluation

Une conférence nationale sur l’évaluation est actuellement en cours en France. Le LFIT envisage-t-il, lui aussi, d’expérimenter des classes de 6e/5e sans notes ? Une réflexion sur les différents modes d’évaluation positive (par compétences, par contrat de confiance, etc.), est-elle actuellement menée dans l’établissement ? 

Cette enquête est effectivement en cours et certains établissements ont développé des outils avec évaluation par compétence. Dans le passé (ce débat n’est pas tout à fait nouveau…), les retours d’expérience ont été très mitigés, les réticences venant surtout des élèves qui ont du mal à comprendre pourquoi ils ne sont pas notés.

Au LFIT, une réflexion est menée par ceinture de compétences mais en parallèle des notes, en 6e, en mathématiques. Les professeurs de sciences travaillent également sur le sujet.

L’année prochaine est prévue une formation spécifique sur l’évaluation positive (par ceinture de compétences, ou autre) en primaire.

 Annexe : 


publié le 28 novembre 2014