Qu’est-ce qu’une association de parents d’élèves?

Réponse à une mère d’élève qui se demande
à quoi sert une association de parents

Tu m’as demandé tout à l’heure sur quels dossiers intervenait une association de parents. Je n’ai pas eu le temps de répondre. Voici quelques éléments.

Quand les parents rencontrent une difficulté, quelle qu’elle soit, ils contactent l’enseignant de leur enfant, ou la direction, à titre individuel. Ils trouvent parfois la solution à leur problème, parfois non. Dans ce cas, que se passe-t-il ? Ils sont isolés, et ne savent parfois pas vers qui se tourner. Une association de parents est là pour relayer leurs questions, ou les problèmes qui se posent (et qui souvent concernent plusieurs voire de nombreux enfants). Elle le fait en particulier lors des conseils (d’école, du second degré, d’établissement, d’administration) et dans les commissions (cantine, langues etc.). Ces instances sont le plus souvent méconnues des parents, et c’est dommage, parce que c’est là que se discutent, et se décident, des points importants de la vie de l’école.

L’intervention de l’association apporte le poids du collectif : la direction peut être trop rapide ou évasive avec un parent isolé, beaucoup moins avec une association. De plus, les questions posées lors des conseils, et obligatoirement envoyées à l’avance par écrit à la direction du LFIT, figurent, avec les réponses qui y sont données, dans le procès verbal officiel envoyé à l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger, dont dépend le LFIT). Elles sont donc lues par les responsables parisiens. C’est pourquoi quand un problème ne peut être résolu de manière individuelle, il doit être communiqué à l’association, qui peut agir en jouant des leviers que les parents isolés n’ont pas (y compris celui des élus quand le dialogue avec l’administration ne suffit pas).

Sur quels types de dossiers intervient l’association ? Quelques exemples :

-  Nous intervenons depuis des années sur l’enseignement du japonais notamment langue étrangère. Au primaire, nous avons obtenu la mise en place cette année d’une mission pédagogique. Le LFIT a également demandé à l’AEFE la visite d’un inspecteur, chargé d’évaluer ce qui existe et de faire des propositions d’amélioration sur l’ensemble de l’établissement. Nous réclamions cette visite depuis longtemps.

- Nous avons obtenu lors du dernier conseil d’établissement (7 octobre) qu’à partir de l’an prochain tous les professeurs, y compris de langue, de dessin et de musique, soient présents lors des réunions de rentrée parents/professeurs.

- Nous avons obtenu que, à partir de cette année, les élèves de 6e aient des salles de classe dédiées pour les enseignements principaux.

-  Nous intervenons aussi en commission sur les protocoles en matière de de santé et de sécurité.

-  Nous intervenons sur le choix des menus et de l’approvisionnement à la cantine.

-  Nous défendons les dossiers des familles en commission locale des bourses (et en commission nationale par l’intermédiaire de notre fédération la FAPEE).

-  Tout le monde aujourd’hui trouve normal qu’il y ait un centre aéré au primaire. Il y a quelques années encore, il n’existait pas. Le centré aéré, les activités périscolaires et les cours de soutien scolaire en français ont été initiés par les associations de parents d’élèves dont sont issues les FLT, avant d’être repris par la direction.

-  Au primaire toujours, il y a deux ans encore, les cours de piscine ne pouvaient avoir lieu sans la présence de parents, en maillot de bain dans l’eau. Plusieurs séances ont ainsi été annulées faute de parents volontaires. Les FLT ont obtenu que le LFIT recrute des personnels à cet effet. Depuis, plus aucune séance de natation n’a été annulée pour cause de manque d’accompagnateurs.

Nous avons aussi une action de conseil auprès des familles, qui nous sollicitent au sujet de problèmes particuliers, mais très variés, que rencontrent leurs enfants (études, handicap, gestion du stress, emploi du temps, etc.). S’ils le désirent, les parents peuvent même être accompagnés par un représentant de l’association lors de rendez-vous importants avec le Lycée.

Nous prenons aussi des initiatives pour améliorer l’information des parents. Le livret d’accueil, mis en ligne sur le site du LFIT, a été entièrement monté par Laurence Rigaudy, la présidente de notre association, avant d’être revu et mis en page par le Lycée. Les Cafés Q&A permettent aux parents japonophones de mieux comprendre le fonctionnement du LFIT. Ils sont même tellement appréciés que le dernier Café de l’année dernière a eu lieu au sein du LFIT, dans la mezzanine du CDI.

- Nous avons organisé une tombola l’an dernier, qui grâce à la participation des enseignants du primaire notamment, a rapporté plus de 800 000 yens de recette, qui iront directement financer le FSE (Foyer Socio Educatif) et les voyages scolaires. Ces voyages sont très chers, comme tu l’as remarqué, et après nous être battus pour limiter l’augmentation des tarifs (comme nous le faisons pour les frais de scolarité), nous avons par exemple obtenu l’an dernier que l’école mentionne explicitement, sur les formulaires d’inscription envoyés aux familles, la possibilité de faire appel à la caisse de solidarité pour une aide financière. Beaucoup de parents n’osaient même pas la solliciter…

Etc.

Voilà à quoi sert une association de parents !

Certains parents hésitent à nous contacter parce qu’ils ont peur que leur nom ne circule auprès de la direction. Ils se trompent. Aucun nom n’est jamais donné, rien ne sort du Bureau, toutes les données que nous faisons remonter dans les conseils et commissions sont anonymes. Voilà !

Amitiés,

(15 octobre 2014)


publié le 10 octobre 2015