Résumé du Conseil d’Administration du 11 Octobre 2019

Personnes présentes :

 

  1. Olivier Brochet, Directeur AEFE (vidéoconférence)
  2. Gilles Almonsnino  CDAEFE et délégué pour la Zone Asie Pacifique
  3. René Carraz & Pierre-Francois Vilquin pour les FLT.

& Co.

 

Résumé :

 

Le CA s’est déroulé dans une bonne ambiance, une nouvelle équipe de direction a pris ses marques. Le typhon 19 ayant empêché le Directeur de l’AEFE, M. Brochet, de venir,  le nouveau CDAEFE Zone Asie Pacifique était présent, M. Almonsino. Monsieur Brochet a présidé la séance en vidéoconférence. Les principaux points abordés furent les suivants : 

Le proviseur a par ailleurs présenté les grandes orientations budgétaires pour l’année 2019-2020, sans fournir des engagements chiffrés à ce stade. Les projets prioritaires sont les suivants : 

Ceci dans un contexte où pour le budget 2020, l’AEFE a ramené de 7,5% à 6% la PFC (Participation Financière Complémentaire) à partir du 1er janvier, mais où des investissements sont à prévoir pour un projet immobilier à venir.

Vos représentants ont demandé une explication sur la nature exacte du «dysfonctionnement» du service financier qui a entraîné le départ du Directeur des Affaires Financières (DAF). M. Almonsino a fait une synthèse des éléments du dossier pour les administrateurs présents et a annoncé qu’un résumé écrit sera transmis par l’intermédiaire du proviseur. En quelques mots, il y avait  un problème de circulation de l’information budgétaire et comptable. Cette situation posait un problème de gouvernance financière, alors que le projet immobilier porté par l’établissement nécessite une visibilité dans le suivi budgétaire et l’analyse prospective. Par ailleurs, le service comptable a remarqué une mauvaise utilisation de certains fonds en liquide (sans relation avec le service comptable). La personne impliquée ne fait désormais plus partie de l’établissement, et un remboursement des sommes en question a été planifié.

Le proviseur a reçu une pétition signée par une quarantaine de familles qui souhaitait remettre en cause le plafond de 100,000 yens, pour faciliter l’organisation des voyages à l’étranger. Le proviseur a répondu que le débat doit être ouvert sur ce plafond, mais pas improvisé : il a proposé donc (après en avoir parlé au président de l’association des parents d’élèves) un groupe de travail en novembre sur cette question, parallèle au groupe de travail mené avec les personnels sur l’organisation des voyages. Le sujet sera débattu au prochain conseil d’établissement, avec vote sur un nouveau plafond le cas échéant, puis porté devant le prochain CA.

Nous avons mentionné que la question des plafonds a déjà été posée dans d’autre instances et il nous semble raisonnable qu’une limite claire soit posée au budget des voyages hors du Japon. La somme de 100,000 yens, soit environ 850 euros, étant déjà pour de nombreuses familles une charge très lourde.

Nous avons par ailleurs indiqué que le plafond pour les voyages hors Japon a déjà été revu à la hausse en 2015, passant alors de 70,000 yens à 100,000 yens. Si nous suivions cette demande, on aurait donc une augmentation de 84% en 5 ans. Nous ne doutons pas que les voyages à l’étranger ou les rencontres sportives sur la zone asie sont des expériences riches et précieuses pour les élèves. Mais un budget plus modeste n’est pas nécessairement le synonyme d’une pédagogie révisée à la baisse. Le souci d’accessibilité financière du LFI Tokyo fait partie de nos priorités en tant que membre de l’association des parents (FLT-Fapée).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!