Info FLT: CR du Conseil d’Administration du 4 Juin 2020

Cher.e.s adhérent.e.s,

Une séquence intense de la vie démocratique du Lycée vient de se dérouler et nous tenons à vous informer du rôle que les Familles du Lycée de Tokyo y ont tenu. Nous proposons ici d’éclairer les éléments importants de cette assemblée qui s’est réunie durant presque 3h30. Par ailleurs, un résumé détaillé sera disponible sur le site du Lycée sous peu (LFI Tokyo – Les instances) et vous avez dû recevoir une communication du Lycée à ce sujet le 5 juin 2020.

Le Conseil a commencé par une explication du Proviseur, M. Wajnberg, sur un incident intervenu le 27 mai 2020. Dans un mail envoyé par mégarde, il relaya (rectification: à la place de émis ) un jugement inapproprié sur un agent syndiqué du Lycée. Le proviseur s’est expliqué et excusé. Les lettres de protestation des syndicats seront adossées au compte rendu officiel.

Une des particularités du CA du LFI Tokyo est qu’il est présidé par le directeur de l’AEFE, M. Brochet. Ceci a permis à M. Brochet d’expliquer les modalités de mise en place d’une avance de l’Agence France Trésor, à hauteur de 100 millions d’euros, pour aider l’ensemble du réseau des établissements de l’AEFE. Pour l’instant, c’est de facto un prêt et non une subvention, les établissements du réseau doivent donc construire leur budget sur cette base. De plus, le LFI Tokyo ayant une assise financière saine, il n’est pas forcément prioritaire. Cependant, si comme annoncé par le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ce prêt se transforme en subvention, les actions mises en place soutenir les familles en difficultés financières seraient a priori éligibles. Dans notre cas, les actions liées à la Caisse de solidarité pourraient se voir en tout ou partie financées par l’AEFE. Pour le reste, la prudence est de mise.

La Caisse de solidarité a pour l’instant aidé une trentaine de familles et son mode d’utilisation actuel a vocation à perdurer pour l’année scolaire 2020-21. Si vous avez eu des baisses de revenu, n’hésitez pas à y faire appel, nous pouvons vous aider le cas échéant. La commission de la Caisse de solidarité est composée d’enseignants, du proviseur,  le Directeur admnistratif et financier (DAF), une comptable et de représentants des parents d’élèves 
Par ailleurs, une demande que nous avions de longue date a été entérinée par le conseil: “ Sont exonérés de droits de première inscription les élèves ayant quitté le Japon pour un an ou moins.” A notre demande, la rétroactivité de cette mesure pour l’année 2019-2020 a été accepté..

Une des missions centrale du CA était de discuter et d’adopter le compte financier pour l’exercice budgétaire passé (avril 2019-mars 2020). Le DAF a détaillé la situation budgétaire de l’établissement. Il a ainsi souligné la bonne situation budgétaire du Lycée pour l’exercice précédent. Cependant la crise de la Covid-19 vient mettre en danger cette dynamique à plusieurs égards, sans qu’il soit encore possible d’en mesurer les impacts exacts pour le LFI Tokyo. La fermeture des services annexes sur les mois de mars, avril et mai 2020 pèsera sur l’exercice budgétaire 2020-2021. Quant aux éventuels départs d’élèves ou aux annulations d’inscriptions pour la rentrée 2020, ils sont encore peu nombreux et la liste d’attente permet de compenser cette perte pour le moment, mais il est difficile d’évaluer ce qu’il en sera en septembre. Le compte financier a été adopté à l’unanimité.

S’en sont suivies trois consultations liées aux réponses du LFI Tokyo à la crise de la Covid-19, et notamment l’impact sur les familles : facturation des repas, baisse de 30% des frais du 3e trimestre pour les maternelles et réévaluation des augmentations (+1.8%) de frais de scolarité pour 2020-21.

  1. La reconsidération de la facturation des repas pour le mois de juin a été mis en avant par la direction. Nous avons donc demandé quel était le coût de la nouvelle formule type ‘bento’, la réponse fut que le coût est identique à celui de l’organisation habituel des repas. Dans l’hypothèse d’une remise, celle-ci n’aurait impacté que le primaire, et son coût aurait été à la charge de toutes les familles du Lycée, le secondaire n’ayant pas accès au service de restauration en juin – coût d’une exonération totale : 16 millions de yen. De plus, le service est à nouveau rendu, contrairement à la situation préalable, durant la fermeture du site du Lycée. Après discussions, vote à l’unanimité pour ne pas proposer de réductions, ainsi les services seront facturés au prorata des repas consommés par les élèves à la demi-pension (il reste possible, pour ceux qui le souhaitent, de s’en désinscrire).
  2. Comme nous l’avions déjà demandé à l’assemblée des conseillers, nous avons discuté d’une exonération partielle des frais de scolarité pour le 3e trimestre de 30% pour la maternelle,  l’AEFE ayant rendu possible  cette remise à destination des familles pour tout le réseau des établissements – coût d’une exonération de 30% pour le LFI Tokyo, 24 millions de yen. Favorables à cette réduction, nous avons néanmoins noté que cela crée une différenciation de fait entre maternelle et élémentaire en primaire. M. Brochet répondit qu’il fallait prendre en compte les spécificités de la maternelle et les difficultés propres à ce niveau. Décision adoptée à l’unanimité.
  3. Le troisième élément concernait l’examen, à l’aune de la crise actuelle, des augmentations des frais de scolarité qui seront dus pour 2020/21. Le Directeur des affaires financières (DAF) a ainsi documenté le coût d’une annulation totale des augmentations prévues (+1,8%), 36 millions de yens. Il a notamment mis en avant un élément important dans le calcul du budget, le glissement vieillesse-technicité (GVT), soit l’augmentation mécanique de la masse salariale du fait de la progression des employés du LFI Tokyo dans leurs grilles indiciaires. Du fait de la structure de notre établissement, nous avons une augmentation continue du GVT, +0.87% pour 2020-21 de prévu, au moins autant pour 2021-22. Il y a aussi l’impact du changement de la réglementation de la TVA, +0.47%, etc. Une première proposition a donc été faite de limiter la hausse à 0.95% pour prendre en compte ces contraintes tout en faisant un geste en direction des familles, mais l’ambassade a signifié qu’un tel geste manquerait de clarté, eu égard à la baisse de 30% des frais de scolarité adopté pour ce trimestre en faveur des maternelles. Il a donc été proposé au vote de ne pas mettre en oeuvre l’augmentation initialement programmée pour répondre à la hausse prévisible des charges du LFI. Nous nous sommes abstenus ainsi que le représentant des personnels. Vote : mesure acceptée avec 3 abstentions.

Nous tenons à rappeler ici aux familles qu’une de nos priorité, affichée lors des élections de vos représentants et défendue tout au long de notre action est de “stabiliser les frais de scolarité”, pour permettre aux familles de se projeter dans le long terme. L’an dernier au CA nous nous étions opposés à la hausse proposée des frais de scolarité de 3% pour 2020-21. Nous avons donc travaillé cette année à un réexamen de cette proposition, ce qui a abouti à une hausse justifiée de 1,8%. Nous ne pouvions pas voter en faveur d’un gel des frais de scolarité, à ce jour non financé, pour 2020-21. Par le passé, nous avons toujours observé qu’un décalage entre l’évolution des charges réelles du LFI et celles des frais de scolarité se sont toujours suivies d’augmentations plus fortes les années suivantes, et ont pris les familles au dépourvu. Nous veillerons donc, si nous gardons votre confiance, dès l’année prochaine à ce que la décision prise à ce CA ne se traduise pas par une ou plusieurs hausses majeures et non-justifiées. 

A noter, l’administration du LFI Tokyo, a déjà  adopté des mesures pour adresser le problème structurel du service de restauration, déficitaire depuis plusieurs années. Suite à un audit, une réorganisation des rôles et du management des employées de ce service est mise en place, la cafétéria peu utilisée et principale raison du déficit est fermée ce qui libère de la place supplémentaire pour fluidifier le trafic et enfin le personnel  qui s’en occupait sera redéployé pour augmenter la capacité du service principal. Nous reconnaissons ces premières mesures prises avec efficacité et restons attentif à ce   dossier pour continuer l’amélioration du service aussi bien d’un point du vue qualitatif que celui des temps d’attente.

Finalement, ayant posé un grand nombre (17) de questions écrites, la direction nous a proposé de faire des réponses écrites, au vu de la durée du Conseil, ce que nous avons accepté. Nous vous ferons suivre ces réponses.

 

Amicalement,

 

Les FLT

 

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!